AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 In my world I'm a stone you know ? ~Sigfried est entier ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMy name is
Sigfried S. Marxwell
I am
a quiet and abandoned
a quiet and abandoned



Masculin

Messages : 68
Tu es quoi ? : Un humain , comment peut-on être autre chose ?


Identité
† Qui es-tu ?: Un garçon au yeux disparatres parait-il ...
† Surnom: Sig ~
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: In my world I'm a stone you know ? ~Sigfried est entier ~   Dim 15 Mai - 9:28

▬ first of all ;;

Nom ;; Marxwell
Prénom(s) ;; Sigfried Scott
Surnom(s) ;; Sig ~
Groupe ;; Un simple invité ~
Date et lieu de naissance ;;Un seize mai pluvieux à Édimbourg.
Âge ;; Quinze ans et toutes ces dents ~
Nationalité ;; Écossais avant tout ~
Orientation sexuelle ;; Très floue mais vraisemblablement les femmes... Ou pas .
Liens familiaux ;; Je suis un invité donc cela ne me concerne pas~
Lieu à hanter ;; Je vis encore, donc ça ne me concerne pas, enfin je crois ~



▬ life and death ;;

Psychology

Comment expliquer la personnalité d'un garçon aussi étrange que Sigfried sans pour autant dire qu'il n'a aucune logique ? Pour cela il nous faudra tout d'abord passé par la particularité première de ce jeune garçon, c'est à dire son monde intérieur. Car avouons-le, si vous restez cinq minutes avec cet adolescent, la première chose que vous noterez sera son manque d'expression qui est dû à sa réflexion de ce qui l'entoure. Venant d'une très haute noblesse, on lui inculpa dés son plus jeune âge qu'un mot de trop pouvait signer l'arrêt de mort d'une illustre famille. Pour s'occuper il dut donc jouer de la seule distraction qui ne lui demandait aucun mouvement qui pourrait le nuire, mais au lieu de choisir la lecture de vrai roman, il préféra cultiver son imaginaire avec les revues paranormales. Sachez donc que si cet écossais regarde un mur, ce n'est pas qu'il est idiot mais il envoie des ondes pour invoquer les esprits ou les extraterrestres.

Sinon, le mutisme éternel et le visage de pierre du jeune homme peut vous méprendre sur ses pensées. Alors si vous croyez qu'il veut être seul et que son manque d'expression est la preuve de son agacement, eh bien vous avez tout à fait tort, c'est simplement qu'il rêve à un univers lointain peuplé de mort-vivants. Cette légère tendance à songer le rend légèrement distrait, juste assez pour que vous peinez à lui faire comprendre une phrase monosyllabique. Mais si vous arrivez à attiser sa curiosité il sera un auditeur silencieux mais attentif. Car à partir du moment que vous intéressez ce grand enfant vous pourrez lui faire avaler n'importe quoi tant que cela est crédible. Cette légère naïveté lui a valu quelques mauvaises aventures, mais d'une nature chanceuse il arrive toujours à s'en sortir des situations extrêmes où il se trouve même si c'est le plus souvent par un hasard grandiose.

Notre jeune ami ouvre peu la bouche devant les inconnus, mais sachez que lorsque cela arrive, vous pouvez être sûr qu'il vous sortira une vérité le plus souvent blessante. Ce n'est pas qu'il vous déteste, mais ayant vécu en plein milieu du secret familiale, il préféra toujours une réalité amer qu'un mensonge paternel. Par contre avec ses amis Sigfried est étrangement bavard, et même si ses traits restent globalement figés, sa joie peu transparaitre à travers un mince sourire. Bien sûr ses discussions tournent essentiellement sur les OVNI et esper, étant donné que c'est les seuls sujets qu'il maîtrise un tant soit peu mise à part les bonnes manières. Aussi il ne prendra jamais la peine de parler à un adulte s'il n'est pas obligé, question d'usage ou peur incompréhensible, qu'importe...

Notons aussi que la volonté de ce vivant est aussi forte qu'un marchamallow fondu sous l'effet du brasier. Aussi docile qu'une marionnette, il suit les règles et consignes à la lettre la plupart du temps sans se poser de question. Mais si son instinct lui dit que quelque chose cloche il fera mine de vous obéir pour ensuite découvrir ce qui trame avec la plus grande discrétion donc il est capable . Il est d’ailleurs un très bon confident qui ne lâchera jamais votre secret sauf s'il considère que ce soit vitale pour démêler une situation fâcheuse. N'oubliez pas qu'il a été entrainé dés son plus jeune âge à résister aux fortes pressions, si bien que que la menace et les coups ne feront pas fléchir les remparts de son âme. De toute sa vie il n'a été en colère que deux fois, mais dans ces situations exceptionnelles il devient imprévisible et peut soit vous jetez un vase à la figure soit en venir au poing même s'il fait dix centimètres de moins que vous. Il faut se méfier du fleuve tranquille...

Pour résumer Sigfried, il s'agit simplement d'un rêveur incorrigible qui fait peu attention au monde qui l'entoure. Cependant avec l'arrivée de l'adolescence les traits de sa personnalités se dessinent tout doucement, même s'il restera à jamais un être silencieux que l'on peut facilement oublier au fond d'une salle ...

Appearance

Sigfried Scott est l'archétypique même de l'enfant en proie de devenir un adulte. D'une petite taille pour un homme, il commence tout juste sa croissance et peut peut-être atteindre le mètre soixante-dix, mais il restera toujours inférieur à la moyenne européenne. Tout son être semble souffrir d'une juvénilité maladif, renforçant l'absence de toute musculature sur ce corps chétif. Sa pâleur, même quand il est en bonne santé, lui donne l'impression qu'il va s'évanouir à tout instant. Sinon ses membres semblent d'une fragilité conséquente, mais rapport aux reste de son être, ils semble être plus solide que le roc.

Car lorsque qu'on s’intéresse à son visage, la prochaine chose que vous remarquerez sera sans donc le manque d'émotion qu'il peut exprimer du moins si ne vous êtes pas envoûté par ces pupilles singulières. Ses yeux vairons ont de quoi piéger les regards par leur préciosité. L'un émeraude et l'autre saphir, il cache ce dernier par une lentille rubis, non pas pour se démarquer, mais depuis qu'il a l'âge de raison on lui avait demandé de dissimuler son origine bâtarde et de prétexter que le rouge est plus jolie que le bleu. Ses traits sont fins et gracieux, digne d'une poupée en porcelaine si bien que s'il avait eu les cheveux longs ont l'aurait pris pour une demoiselle. Sa tignasse, plus noire que l'encre et plus désordonnée qu'un bureau de fonctionnaire, encadre parfaitement sa tête ovale, faisant transparaitre une once de virilité qui manque cruellement à cette créature.

Côté vestimentaire, Sigfried est tout sauf difficile. Si vous lui demandez de porter une robe rose bonbon il ne ronchonnera pas plus que ça, simplement parce que l'apparence n'a jamais été une préoccupation pour ce grand rêveur. Si on lui demande de s'habiller par lui même il prendra les premier vêtement qui lui passe par la main et il finit le plus souvent avec une banale chemise blanche qu'il boutonne toujours de travers et un pantalon noir. Les jours de grand froid il sort avec son éternel manteau kaki qu'il arrive à mettre correctement.


History


Avant même de relater la vie de Sigfried, il faut parler avant tout des conditions particulières de sa naissance. Sa mère Mary était une descendante du Lord Lovat, une des grandes figures de la noblesse écossaise, son mariage fut donc arrangé entre elle et le comte actuelle de Caithness. Rien ne liait ces jeunes gens et une indifférence haineuse naquit entre eux. Ils multiplièrent donc les distractions pour sortir de l'ennui conjugal et c'est au long de ces fuites que la demoiselle rencontra un peintre méconnu qui deviendra le père de notre jeune homme. Il apparut devant elle et d'un éclair ils furent éperdument amoureux l'un de l'autre. Ils devinrent rapidement amant et à peine quelque mois plus tard elle tomba enceinte de ce même homme. La famille n'ignora pas longtemps que cet enfant était issu d'un adultère et durent donc réfléchir au devenir de cet enfant. Devait-il la forcer à avorter ou l'abandonner à la première famille venue? Mary, qui avait quand même son mot à dire dans l'histoire trouva un compromis: elle garderait l'enfant en échange de tout mettre en œuvre pour donner un héritier digne de ce nom à sa lignée et de ne plus jamais voir son amant. C'est ainsi que le seize mai, Sigfried naquit dans un étrange climat qui régnera encore une décennie plus tard...

Les premières années de sa vie se passèrent pourtant sans trop d'encombres . Bien qu'il ait hérité d'une pupille océan de son père, ses oncles et ses tantes cachèrent très bien cette haine devant le petit être. Il ne voyait jamais le mari de sa mère, on prétexta simplement qu'il travaillait trop pour pouvoir s'occuper de lui. Même s'il était assigné à une gouvernante, le bambin passait tout son temps libre avec sa mère avec qui il était lié d'une relation fusionnelle. Comme elle savait que cette tranquillité sera courte, elle occupa son fils avec tout ce qu'elle aimait dans ce monde. Des mythes de fantôme écossais ou des extraterrestres de la zone 51, sa mère était une férue de la science fiction et du paranormale qui l'avait divertie pendant sa jeunesse. Notre petit écossais goba toutes ses histoires et crût rapidement en leur existence et sa mère prétexta donc des sorties "à la recherche des esprits" . Il s'agissait en réalité des rencontres avec le jeune peintre car elle ne cessa jamais de le voir. Les seuls souvenirs que garderait Sigfried de leur rencontre sera une odeur de café et son écharpe orange. Car ces rendez-vous ne pouvaient pas durer pas très longtemps...

Lorsque le garçon atteint sa cinquième révolution solaire, la famille comprit que Mary alla à l'encontre de sa promesse, les doyens décidèrent donc de prendre des initiatives. La première fut de destituer le fils de son titre et l'éloigner le plus loin possible de la demeure principale avant de s'occuper de la liaison en elle même. Bien sûr Sigfried n'en su jamais rien avant quelques années, pour lui ce déménagement en Nouvelle-Zélande était simplement pour avoir une meilleur éducation et ce changement de nom pour Marxwell était simplement pour que les néo-zélandais ne soient pas choqué par son titre. Qu'est-ce qu'on ne pouvait pas faire croire à un enfant de 5 ans... A partir de ce moment-là, tout le personnel devint plus ferme avec lui et son éducation plus difficile. S'il n'obéissait pas correctement on l'enfermait dans une salle sans fenêtre et sans lumière où il devait réfléchir à sa mauvaise conduite pendant une ou deux heures. C'est surement de là que naquit sa peur du noir, car même s'il n'y avait aucune violence, une pièce sombre restait toujours effrayante. Heureusement il restait encore les lettres de sa mère pour le soutenir et l'espoir qu'il puisse retourner à la demeure principale. Mais son instinct comprit quand on lui demanda cette lentille pour cacher son œil gauche qu'il n'allait pas rentrer de sitôt...

La vérité éclata lorsqu'il eut atteint la décennie. Ce soir-là la gouvernante, quelque peu soûle, lui avoua l'histoire d'adultère de la femme qu'il chérissait le plus au monde et la haine qu'alimentait toute sa famille envers lui. Lui qui était déjà peu bavard et distrait de naissance s'enferma d'avantage dans son monde. Même s'il allait à l'école et avait quelques camarades, il était difficile qu'on ne le qualifie pas quelqu'un qui lisait des revues sur l'occultisme de bizarre. Il eut eu aussi quelques relations plus intimes au collège, non pas qu'il tomba amoureux mais Sigfried ne savait simplement pas dire non. Entre les deux filles et le garçon avec qui il était sorti, tous ces histoires d'amour ce sont fanées pas le désintérêt de ce jeune adolescent. La seule chose qui comptait pour lui était de voir le soleil se lever le lendemain dans l'espoir qu'il puisse revoir sa mère un jour.

Cette opportunité arriva lors de sa quinzième année, une mystérieuse lettre arriva à son nom et il ne s'agissait pas de Mary. Le sceau et l'écriture ancienne lui fit comprendre que ce message allait changer son existence. Ce n'était pourtant qu'une simple invitation dans un manoir anglais, rien de très particulier pour une personne qui avait vécu le début de la vie dans une famille prestigieuse. Il y voyait un moyen de pouvoir passer en Ecosse et revoir ce qu'il lui avait manqué pendant tant d'années, l'amour maternelle. De plus une grande demeure signifiait fantôme dans son esprit et il espérait peut-être constater la preuve de leur existence. Après avoir eu l'autorisation de sa tutrice, il pris l'avion pour Londres afin de rencontrer ces fameux Northwoods avant de revoir sa génitrice . Ce qu'il ignorait c'est que plus jamais il ne pourrait s'en aller d'Angleterre....


▬ some informations ;;
My tastes

Sigfried fait partie de ces personnes qui ne sait pas vraiment ce qu'il aime et ce qui déteste; non pas qu'il hésite sur ces goûts, mais simplement parce qu'il ne s'est jamais posé la question avant que vous le lui demandiez. Pourtant, en l'observant ne serait-ce qu'un instant, on peut remarquer quelques indices sur ses passions et ses phobies. Vous verrez toujours le jeune homme se mettre près de la fenêtre voir quasiment sortir dehors quelques soient la saison. Il dort toujours avec une lumière à ses côtés, comme si l'obscurité allait l'engloutir s'il n'y a pas cet aura protectrice. Aussi il évite systématiquement les grandes personnes, sauf les dames au cheveux longs qui lui rappellent sans doute sa mère. Les autres agissent comme un répulsif, peut-être est-ce l'indice d'un léger traumatisme.

Pour le rassurer, un seul objet est indispensable: son écharpe orange qu'il garde précieusement pour dormir ou qu'il promène par temps glaciale . On sait simplement qu'elle appartenait à son vrai père, mais Sigfried la relie plus au souvenir de sa génitrice.

Lors d'un repas, l'adolescent laisse toujours la viande saignant de côté pour la manger à la fin, surement pour que le goût des légumes ne contamine cette chair succulente. Il passe aussi la moitié de son temps à manger le dessert, procédant toujours de la même manière: d'une part il isole les fruits, mangeant donc la pâte en première et finissant par ce qu'il aime le plus.

Mais s'il y a bien une chose que le jeune garçon avoue adorer, ce sont les histoires de fantôme. Étant originaire d'Écosse, c'est l'un des seuls liens qu'il avait pu garder avec sa mère. C'est donc ainsi qu'il avait été convertit à l'occultisme, si bien qu'il adore tout ce qui relate des phénomènes paranormaux. Il adorerait rencontrer des esprits, des démons, des extraterrestres voir même des montres épouvantables, mais son esprit rationnel l'empêche d'y croire véritablement...

Mais on ne peut pas évoquer les goûts de Sigfried sans au moins présenter son monde. Pour survivre à la découverte de l'absence d'être fantastique sur terre, notre adolescent a créé un petit théâtre mental qui accompagne les perceptions les plus anodines tels que la vue d'un arbre ou le toucher de l'herbe. Il s'agit en fait d'une vision déformée de tout ce qu'il l'entoure. Les maisons deviennent des prisons, l'air de l'eau et les homme des rochers. Selon son humeur les teintes changent mais cet univers varient réellement que lorsque un événement l'intéresse. Dans ce cas précis les vision change et donne place à de nouvelles règles et comparaisons. Bien sûr l'adolescent est totalement conscient de son délire et il peut l'arrêter ... Du moins s'il y arrive.


▬ behind the screen ;;

Âge ;; Entre 0 et 42 ans ( car il y a toujours 42 ~)
Avatar ;;Saitou Yakumo dans Psychic Detective Yakumo
Comment avez-vous connu le forum ;; Par le Hasard, qui sait ?
Vos premières impressions ;; Et si ce n'est pas une première impression, on fait comment ?
Remarques ou suggestions ;;Mon double vérifie à ma place...
Crédits images ;; Icones, kit et autres images viennent de zerochan, sinon c'est avec mes mimimes que je les ai réalisés ~
Une chose importante à dire ? ;; /Vive le vent d'hiver ~/


Revenir en haut Aller en bas
 

In my world I'm a stone you know ? ~Sigfried est entier ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Northwoods Manor † :: Et ensuite... :: Présentations :: Présentations acceptées-
Sauter vers: