AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 William pour vous servir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMy name is
William C. R. Anderson
I am
a broken
a broken



Masculin

Messages : 427
Ton âge : 23

Tu es quoi ? : Un spectre ...


Identité
† Qui es-tu ?: Majordome fantôme ~
† Surnom: Will
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: William pour vous servir...   Mer 1 Sep - 16:29

▬ first of all ;;

Nom ;;Anderson
Prénom(s) ;;William Charles Roy
Surnom(s) ;;Willy, Will
Groupe ;; Employé, majordome de ce triste manoir...
Date et lieu de naissance ;; Un 8 à Newcastle
Âge ;; 19 ans
Nationalité ;; Anglais pur souche
Orientation sexuelle ;; Bisexuelle
Liens familiaux ;; N'en a pas ~
Lieu à hanter ;;Me concerne pas



▬ life and death ;;


William is....


A ghost who was a man...


Si on oublie quelques instants la personnalité de ce majordome, on sera tous d'accord pour dire que cet être n'est pas vil quoique pas spectaculaire. A l'époque il était vu comme un géant des montagnes, mais aujourd'hui son mètre soixante quinze paraît des plus anodins. Sa carrure pourtant est tout de même assez troublante, aussi pâle qu'un cadavre et peu musclé, il ressemble à un anémique incapable de réaliser le moindre effort. Pourtant, à en juger ses mains abimées par un siècle de travail, on peut deviner de ce jeune homme a s'en doute de l'énergie à revendre, peut-être grâce aux légers renflements au niveaux des biceps qui sont tellement légers que l'on se demande s'il ne s'agit pas d'un petit trop de chair.

Lorsque l'on s'intéresse à son visage, notre esprit est aussi repérable qu'une marguerite dans un champs de tournesols. Ses traits d'une douceur disparue dans les abîmes du temps semblent aujourd'hui présenter une maladie qui le fatiguerait malgré sa jeunesse. Ses yeux noisettes, assez rependue en Angleterre, expriment un vide profond lorsqu'ils ne vous maudissent pas pour votre attitude trop joyeuse. Mais dans la profondeur de ses joyaux se cache une légère lueur d'espoir qui apparaît à celui qui arrive à attraper le peu d'humanité qu'il lui reste au fond de son cœur. Ses cheveux d'un brun commun tombent jusqu'à sa nuque de la manière la plus désordonnée qui soit. Pourtant cette tignasse garde une certaine beauté malgré la négligence de son possesseur. Surement qu'il y a longtemps son maître les chérissait à la démesure au point que le souvenir de ce traitement avait gardé la fraicheur de ces fils d'ambre.

Ce sinistre personnage aux visage froid s'habille pourtant avec une attention presque dérangeante. Ses blasers et pantalons ne comportent aucun pli ni aucune trace de saleté, comme s'il ne voulait pas oublier que jadis il avait été soucieux de son apparence. Mais si vous voyez notre spectre dans un couloir, vous comprendrez que même ces vêtements parfaitement entretenus ne cachent pas le malaise qui le ronge. Même si sa cravate rougeoyante est parfaitement nouée, elle est trop desserrée pour donner cet air noble que procure le costume. Même s'il porte une chemise, il ne la boutonne pas jusqu'en haut , laissant quelque fois apparaitre un tissu rouge qui lui sert de maillot de corps lors des journées où même le froid se fait sentir chez ces êtres sans souffle. Même si pour une personne moderne pourrait méprendre cette tenue comme une préférence chez ce garçon, il suffit de le revoir le lendemain pour voir que sa négligence varient selon son humeur. Plus ces vêtements sont teints de désinvolture plus il y a une forte chance que William craque littéralement...


A fragile soul who tries to be cold like ice but deeply the heart beats weakly....


Pour essayer de vous décrire le caractère de notre cher majordome, il faut avant tout comprendre une chose: c'est que sa personnalité est assez imprévisible. Cependant la première chose que vous remarquerez chez ce jeune homme est cette froideur qui anime tout ses faits et gestes. Même s'il vous parle avec une politesse extrême vous sentirez que ce n'est que par devoir qu'il vous fait preuve d'attention. Mais devant ces employeurs une haine transparait à travers ces phrases, car après tant d'années il n'a plus trouvé la patience de cacher l'antipathie qu'il éprouve à leur égard. Il n'hésite pas d'ailleurs à leur faire remarquer toutes leurs erreurs, bien sûr en restant dans le politiquement correct. Pourtant il n'est pas aussi méprisant envers les vivants ou même les autres fantômes, avant toutes choses, William considère les Northwoods comme les commanditaires de la malédiction. Mais si on regarde bien ce majordome vous descellerez dans ses manières qu'il cherche en vain à cacher une mélancolie tout à fait étrange pour un être si austère...

Car si vous arrivez à l'exact moment où il baisse sa garde, vous découvriez que cette indifférence est un fabuleux masque qui cache toute ses faiblesses. Car avant même d'être un homme, Will est un fantôme brisé en mille morceaux qui essaie tant bien que mal à tenir encore debout. De ce fait, il lui arrive souvent d'avoir des excès de colère qui apparaissent et disparaissent tout aussi rapidement. Durant ces crises, il ne vaut mieux pas rester dans les parages à moins que vous souhaitez vous prendre un vase en pleine tête. Même seul, il est possible qu'il brise quelques objets ici et là, même si les miroirs sont ses victimes privilégiées. La seule chose qui peut arrêter sa folie est un regard terrifié. Il reprendra automatiquement son sang froid et essayera de vous rassurer, cependant en gardant cette distance entre vous et lui. Son âme instable l'emmène parfois à pleurer sans raison et à se recroqueviller sur lui-même, mais personne n'arrive à savoir si cela est dû à une nostalgie douloureuse ou à un autre mal encore plus mystérieux. Vous l'aurez surement deviné, ce majordome n'aime pas parler de ses goûts et encore moins de sa vie passée, probablement parce que la clé de son désespoir s'y trouve et par peur de sombrer à jamais dans la folie, il préfère éviter toute confrontation avec ce démon....

Hélas on ne peut pas fuir sa nature, et c'est vraisemblablement ses anciennes manières qui le font autant suffoquer. Jadis, William avait été un enfant joyeux qui prenait plaisir à aider les autres. Certes il était quelque peu maladroit et légèrement immature par moment, mais il restait dans l'optique que l'avenir ne pouvait être que meilleur. C'est cet espoir là qui le détraque, mais quelque fois cet optimiste refait surface dans ce corps immatériel. Vous ne le reconnaitrez plus. Alors qu'il se forçait à être aimable, il deviendra souriant et sa gentillesse naturelle reviendra au galop. Quelques aspects plus enfantin apparaitront comme un certain égo qui s'offusque facilement. Hélas ce retour aux sources ne dure jamais bien longtemps et il se referme encore plus dans cette carapace glaciale...

Pourtant il faudrait de peu pour briser ce rempart, simplement une amitié sincère. Même si son austérité le rend difficile d'accès, dés qu'il vous considèrera comme un ami, le majordome deviendra un fidèle camarade. Il essayera de vous aider, vous consoler, même si cette apathie l'a rendu encore plus maladroit qu'il ne l'était auparavant. Il se peut même qu'il vous parle de sa vie d'antan, mais ne vous attendez pas à avoir un roman, il devient rapidement embarrassé devant les personnes qu'il apprécie. Si les flèches de Cupidon se logent dans son cœur, il est très probable qu'il vous évite, car dans les entrailles de son corps, un secret coupable se nourrit de son âme …


An entity trapped in an endless world because of a curse... Maybe


«  Tic tac tic tac.... Ton doux cliquetis n'arrivera plus jamais à mes oreilles, pourtant tu es ce qui m'est de plus cher à mes yeux. Car tu es comme moi petite montre, ton temps s'est arrêté il y a bien longtemps. Symbole de ce qui nous retient sur cette terre, tu ne sais comment comment t'échapper des chaînes de diamant de notre malédiction... »


Le jour de ta naissance était une bénédiction, les premiers flocons de l'hiver tombaient sur la demeure principale de ta famille. Tu étais le premier né de la famille Anderson, et même si ton père n'était pas la pour célébrer l'événement, il te portait déjà dans ton cœur. Car ta famille était un peu particulière mon cher William. L'homme de la maison servait une nouvelle famille bourgeoise de la région, les Northwoods. Il était très apprécié de ces employeurs, tellement qui leur avaient promis qu'un de ces enfants pourrait reprendre un jour le relai. C'était peut-être pour cette raison que tes parents te gâtèrent de deux prénoms royaux. Peut-être croyaient-ils qu'ainsi leurs maîtres t’accepteraient d'avantage et tu pourrais devenir aussi proche d'eux comme un cousin pas trop lointain. S'ils savaient que leur lien serait forgé par la mort commune, peut-être qu'ils n'auraient pas voulu ce destin pour toi …

Mais à ta première année, ton ciel bleu fut gâché par les nuages. La naissance d'un petit frère rendait la succession problématique. Ne voulant pas favoriser l'aîné, la seule solution fut de vous départager par les aptitudes. C'est pour cela que vous reçûtes tous deux une éducation très stricte, même si vos parents n'étaient pas vraiment riches. Tes dix premières années furent un calvaire William. Tu passais tes journées à apprendre le rituel de service, comment plier les draps et les formules de politesse alors que les jeunes de ton âge jouaient dans les champs quand ils ne travaillaient pas dans la ferme familiale. Tu trouvais ta situation injuste, pourtant, pour que ton paternel soit fière de toi, tu subissais ces leçons qui te semblaient n'avoir aucun sens. Ton frère, lui, prenait toujours du retard sur ses cours, mais c'était parce que tu avais sacrifié ton tout temps pour réussir. Si tu n'étais pas aussi têtu, peut-être que tu aurais pu avoir une vie normal mon petit...

Alors à ta onzième année d'existence, tu déménageas dans ce manoir que tu ne quitteras plus jamais. Au début, tu eus beaucoup de mal à t'habituer à cette nouvelle vie, tu n'avais encore jamais vu tant de monde travailler pour si peu de personnes. A cause de ton jeune âge et de ta formation, tu ne savais pas trop comment approcher les adultes et encore moins les enfants, car ils étaient aussi tes maîtres indirectement. Au début, tu suivais simplement ton père dans ses tâches de majordome, car tu avais su dés la première fois que tu vis ton géniteur travailler que tu voulais faire la même chose que lui. Car ton père prenait une expression que tu n'avais jamais connu auparavant. Pour la première fois de ton existence, tu compris que la noblesse n'était pas qu'une question de sang. Mais rapidement, quand ton père n'était plus en service, tu t'ennuyais dans la demeure luxueuse. C'est peut-être pour ça que tu commenças peu à peu à jouer avec les enfants du manoir. Tu es devenu très proches du futur chef de la famille et vous faisiez les quatre-cents coups ensemble quand vous ne jouiez pas avec tout les autres. Car tu restais un enfant William et tu voulais récupérer les années que tu avais perdu...

Ta vie continuait de s'écouler tranquillement, mais un événement particulier arriva lorsque que tu passas la barre des dix-sept ans. Ton frère, qui travaillait dans les terres proches du manoir en tant qu’éleveur de chevaux t'annonça qu'il allait se fiancer d'ici peu. Tu avais toujours était un peu jaloux de lui, après tout il avait la possibilité de voyager quand il voulait et rencontrer de nouvelles personnes de son milieu social. Il était libre en somme. Pourtant tu fus heureux pour lui, après tout il serait le premier de la famille à se marier, ce qui était de bons présages. Tu lui demandas de te la présenter, afin de connaître ta future belle-sœur. Quelle erreur venais-tu de faire ! Tu n'avais jamais cru en l'amour, même tes parents s'étaient mariés par intérêt. Pourtant ce jour-là tu eus le coup de foudre pour la dernière personne que tu aurais dû aimer sur cette terre. Ils se marièrent deux mois plus tard et tu fus le témoin de ton frère. Ton cœur souffrait le martyre William. Tu étais proche d'elle et même si vous riez souvent ensembles, tu ne pouvais pas avouer ce que tu ressentais pour elle. Le pire était qu'elle jouait avec tes sentiments trop fragiles, elles les berçaient d'un amour un peu trop important pour un beau-frère. Cette situation dura presque deux ans et elle t'obséda de plus en plus. Même quand tu venais de devenir officiellement un homme de chambre pour les Northwoods, tu célébrais encore de l'avoir consolé quand ton frère l'avait fait pleuré. Quand ton père parti à la retraite et laissa la place à un majordome expérimenté, tu scellas cet amour interdit dans la montre de ton père, en y inscrivant le code d'un coffre, là où tu avais caché tout tes sentiments les plus corrompus. Mais un jour tu ne pus tout retenir et sous la lune écarlate, tu l'avais embrassée. Tu savais bien que c'était ta belle-sœur, mais tu ne pouvais plus vivre en regardant le bonheur qui se construisait entre elle et ton propre frère. Elle était troublée, pourtant elle ne fuyait pas à ta confession. Tu ne lui demandais pas de répondre à tes sentiments tout de suite , tu lui laissais la semaine pour y réfléchir. Mais dans ses yeux, tu savais déjà qu'elle allait te répondre oui. Et ce fut le cas et tu devins son amant. Cela ne dura que deux semaines, pourtant tu étais vraiment heureux William. Tu avais insisté pour qu'elle accepte de danser avec toi le soir du bal de tes employeurs, même au détriment de son devoir de femme. Tu étais encore naïf à cette époque Will, mais heureusement que tu l'avais invitée si tard, sinon elle aurait été enfermé dans cette éternité avec toi, tirant sur les ficelles de ton cœur ...

Car ce soir-là ce n'était pas la passion qui t'emporta, mais les flammes. Alors que tu surveillais le bal, la fumée commençait à apparaître. Tu avais voulu prévenir tout le monde, mais il était déjà trop tard. Tout était barricadé et plus aucune sortie était possible. Tu étais piégé, et ce à jamais. Alors que les uns pleuraient et les autres tentaient de t'échapper, toi tu regardas ta montre avec un sourire léger. Ton amante était encore loin du manoir, elle serait donc en vie et c'était l'essentiel. Tu savais que la mort allait te prendre dans ses bras, mais étrangement tu n'étais pas vraiment triste. Même si la peur commençait à te faire trembler, tu regardais les flammes de face, comme pour garder une certaine fierté dans tes derniers instants. Tu savais bien qui était le coupable de cet incendie, seul les Ravenshill détestaient assez les Northwoods pour les tuer d'une manière aussi pitoyable. Mais tu n'avais aucune envie de te venger, car au fond tu avais un point sur la conscience, un péché que tu ne pouvais te défaire. L'air te manquait et tu t 'écroulas sur le sol, expirant une dernière fois. Ton dernier souhait fut que ton frère te pardonne de ton comportement. A cet instant le temps s'arrêta, et ton cœur aussi...

Pourtant, même si tu étais mort, tu recommenças à te mouvoir dans ta tombe. Au début tu ne comprenais pas ce qui s'était passé, mais rapidement, tu compris que tu goûtais à la vie éternelle. Bon, on ne pouvait pas te voir et tu ne pouvais pas partir trop loin du manoir, mais les entités divines t'avaient fait cadeau de cette deuxième vie. Tu voyais cela comme une bénédiction et rapidement tu repris ta vie comme si elle n'avait jamais cessé auprès des autres fantôme. Au début, tu cherchas dans la région des traces de ta famille et tout ce que tu retrouvas, ce fut la pierre tombale de ton père. Il était mort un an après toi, probablement triste d'avoir perdu son fils aîné. Alors tu écoutas les commérages pour essayer d'en savoir plus, et tu appris que ton frère était parti loin d'ici avec une fille et avait abandonné sa femme car elle l'avait trompé avec un paysans de la région. Tu avais été son deuxième amant, et même si tu l'aimais encore, tu t'estimais heureux de voir qu'il existait une justice pour ton frère. Cependant une question martelait ta tête. Pourquoi étais-tu encore sur Terre et non dans l'au-delà ? Tu n'en savais rien, mais tu te demandais si ce n'était pas cet adultère qui t'avais bloqué les portes du Paradis. Mais rapidement tu rejetais cette idée et repris tes vieilles occupations. Les jours s'écoulèrent mais la folie atteignit peu à peu les rangs des spectres. La première victime de ce mal fut le majordome de la maison qui se désista de ces fonctions et qui disparut dans la forêt. On ne sut pas ce qu'il devint, mais il était probablement encore en train d'errer dans les bois, pleurant cette éternité empoisonnée. Alors tu saisis ta chance et tu pris sa place. Tout te souriait William, tu avais atteint ton objectif et tu étais respecté en tant qu'employé de la maison. Tout était parfait, trop peut-être...

Les années, les décennies et le siècle passèrent. Tu n'étais plus le même William. Toi qui avais béni ton sort, tu le haïssais plus que n'importe qui. Ton sourire était devenu vide et tes yeux étaient remplis d'une tristesse sans nom. Tu avais changé, maintenant tu étais une statue aussi froide que la glace. Car cette bénédiction était une malédiction et maintenant tu le savais. Tu te sentais responsable de ton sort, après tout tu savais que ce n'était pas la vengeance qui te maintenait en vie, mais cette faute que tu ne pus jamais te pardonner. Mais tu voulais le dire à personne car tu savais qu'il fallait d'un rien pour attiser la haine et le mépris des morts. Alors tu haïs tout le monde, juste pour te protéger. Même tes anciens amis n'étaient plus que tes passants sans existence pour toi. Tu voulais mourir, mais en même temps tu n'avais jamais été fait pour le désespoir. C'était pour cela que tu avais encore plus mal que les autres. Si un semblant d'espoir se plantait dans ton cœur, alors il fallait que tu l’arraches, même si cela signifiaient que tu te détruises William. Tu étais instable, et le nouveau millénaire ne te sauva pas. Même si les invités commençaient à apparaître dans la demeure, ton âme n'en était pas plus compatissante. Tu étais seul dans la nuit mais paradoxalement tu voulais qu'on te sauve de cette détresse. Tu as toujours été un enfant Willy, et ce pour l'éternité...


▬ some informations ;;
On dit que l'immortalité est un poison des plus coriaces et cela est principalement vrai pour notre majordome. Les moments joyeux perdirent leurs couleurs, autant que ces personnes qui fut autrefois ses collègues respectés. Peu de choses l'enthousiasme, si bien que l'on pourrait croire que sa transformation en machine sans âme est complète. Toutefois si on l'observe ne serait-ce quelques jours vous vous rendriez compte que William n'est pas si indifférent que cela. Vous le verrez très souvent dehors, le nez vers le ciel nuageux ou les étoiles, peut-être en rêvant que ce Paradis qui ne pourra jamais atteindre. Aussi, il ne rate jamais un repas, même si manger est superficiel pour des ectoplasmes. Il faut croire que son goût pour la viande n'a jamais disparu, même à travers le dégoût que lui procure cette nouvelle vie. Il n'en reste pas moins efficace, son service reste cependant sa plus grande distraction. Même s'il prétend qu'il travaille encore à cause de son devoir, Will a toujours aimait ce qu'il faisait. Un sourire léger trahit ses pensées les plus profondes...

Mais son rêve le plus fou reste sans doute sa poursuite frénétique de la mort. Alors qu'on l'avait gracié de ce passages vers un nouvel aspect de l'existence, il cherchait en vain un moyen de récupérer ses droits. Ses tentatives de suicide sont nombreuses, toutefois ils arrivent le plus souvent à ménager les invités en essayant de mettre terme à sa vie en plein milieu de la nuit. Mais si quelqu'un venait à le voir, il ferait en sorte de masquer les zones mutilés ou paraître malade à causes des produits qu'il ingurgite. Ses derniers essais se centrent surtout sur les poisons. Notons aussi qu'il est incapable de se jeter dans un feu ou même d'approcher trop près d'une flamme, peut-être est-il encore traumatisé de sa propre mort, qui sait ?


▬ behind the screen ;;

Âge ;;C'est un secret ~
Avatar ;;Ryunosuke Miyaji de Starry☆sky~
Comment avez-vous connu le forum ;; Le Destin m'y a emmenée...
Vos premières impressions ;; Ca date maintenant....
Remarques ou suggestions ;;Hum... Sais pas ~
Crédits images ;;Les images proviennent de zerochan sinon mon kit à été fait sur mesure par moi-même. Magique hein ?
Une chose importante à dire ? ;;/ Naan sinon c'est pas drôle -w- /




" Immortality is the best weapon against your soul. So you shoudn't wish for an endless world ..."
Ce que je cache ...

I talk with the #5e8747's color
Revenir en haut Aller en bas
 

William pour vous servir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Northwoods Manor † :: Et ensuite... :: Présentations :: Présentations acceptées-
Sauter vers: