AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Errance [Pv ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Errance [Pv ]    Ven 3 Juin - 15:14

Comme de coutumes depuis maintenant bien trop longtemps, Ryan vaqué à sa tache de domestique de la famille Northwood. Il y concentrait toutes ses pensées, s’appliquant à faire de son mieux. .Pas par amour de son métier, non il n’avait pas le loisir de pouvoir prétendre qu’exercer son métier avec passion. D’ailleurs aimait-il encore quelque chose ? … Mieux valait ne pas lui posé ce genre de questions… Pourtant il n’exercer pas non plus son métier avec dégout … Il s’appliquait juste à faire ce qui lui rester de raison de vivre …Enfin si on pouvait appeler ça vivre bien sur....
Il prenait son temps à s’assurer que tout soit bien fait, bien ranger…Impeccable en quelque sorte… Après tous, maintenant, le temps avait il encore une quelconque importance ? ....De plus, s’il prenait un si grand soin à rendre son travail sans qu’il n’y ai d’accros, c’était aussi parce que c’était un moyen pour lui de passer plus de temps à s’occuper l’esprit. S’il aurait eu un peu moins de respect pour la tenu qu’il portait, et un peu moins d’attache a faire correctement ce qu’on lui demandait, il aurait en sorte que ses taches s’éternisent pour toujours être occupé…. Mais justement, c’était peu être ça son problème. Il donnait trop d’importance à ce qu’il était…A celui qu’il était censé être… A celui dont il avait prit la place… Son trop cher frère…. C’était une surveillance de chaque instant, il devait se concentré pour ne pas laisser ses pensée dériver ailleurs que sur son travail, pour empêcher ces mains de faire toutes ces taches devenu a présent si mécanique pour lui. Et quand, justement, son travail était finit, que ces pensée ne devait plus être rivé sur une tache en particulier, elles s’envolaient directement rejoindre son défunt jumeau. Vu le temps qui c’était écouler depuis leur dernier rencontre… Vu le nombre de chose qui les séparer a présent… Comment pensait à son frère pourrait le rendre heureux ?
Les seules émotions qui en découlaient étaient teintées d’obscurité et de tristesse… Toutes ces pensées, ces mots, ces choses qu’il aurait voulurent partager avec sa moitié…. Toutes étaient perdu a jamais maintenant…Et s’il ne pouvait les partageaient avec son frère, ça ne servait a rien de les exprimer a quelqu’un d’autre… Qu’elles restent dans sa mémoire, prisonnière pour toujours de son âme…

Lorsque l’on pense au malheur il arrive au gallot, c’est bien connu. Irrémédiablement, comme cela finissait toujours par arriver, le travail qu’on lui avait attribué se termina et on lui demanda de disposer… Il obéit avec docilité, errant alors dans les couloires à la recherche de la moindre chose qui pourrait capter son attention avant de sombre complètements dans ses pensées trop mornes… Où cherchait ? …Il pouvait toujours voir auprès de ses collègues si jamais ils n’avaient pas une tache à lui confier… Mais bon, à force il se doutait qu’il devait les énerver. Certain aimait leur travail, et peut être que d’autre, comme lui, cherchait par là un moyen de se rendre utile ou de passer le temps… Alors il ne se sentait pas l’âme a aller les embêter encore une fois… Plus la soirée tomber, plus son humeur se dégrada, preuve qu’au final il n‘avait pas réussit a trouver quoi faire..

Habitué à errer sans but, il avait laissé le soin a ses jambes de le guider et finit par quitter la demeure….. Il ne sortit de ses pensées qu’une fois arriver prés du portail… Aller faire un tour dehors ?....Ce serait risqué vu qu’à cette heure ci il était visible …. De plus, il savait bien pourquoi il était atterrit là : ‘’faire un tour dehors’’ signifiait pour lui roder là où il habitait avant… Hors c’était parfaitement inutile : il ne restait plus rien las bas de son époque… Rien mis a part de mauvais souvenirs ….. Pourtant il avait envie d’aller se promener, se rappeler les trop rares fois où il avait était se promener en compagnie de son double, oublier un peu tout ce qui c’était passer depuis l’incendie… Pitoyable n’est ce pas ? Ce complaire dans les souvenirs… Ridicule… Il resta là, appuyer contre la grille, hésitant entre sortir sans autre raison que sa faiblesse ou rester et continuer à chercher une occupation …

Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
Sigfried S. Marxwell
I am
a quiet and abandoned
a quiet and abandoned



Masculin

Messages : 68
Tu es quoi ? : Un humain , comment peut-on être autre chose ?


Identité
† Qui es-tu ?: Un garçon au yeux disparatres parait-il ...
† Surnom: Sig ~
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    Ven 3 Juin - 21:42

    Dans cet océan, par un seul courant ne vint troubler le sommeil de l'écossais dans la diligence qu'il l'emmenait dans sa dernière demeure. Quand il se réveilla, il se trouvait dans un de ces nombreux chemins de forêt qui emmenaient les lutins dans leur demeure sylvestre, pourtant aucune de ces entités ne voulait se montrer devant les yeux disparates de l'adolescent. Depuis combien de temps dormait-il sur cette banquette? Une heure ? Quinze minutes? Nul ne le savait, pourtant Sig sentait qu'il avait basculé dans un autre univers que celui ou il avait l'habitude d'évoluer. Pourtant il s'agissait bien de la même air et des mêmes pierre, mais une impression de tristesse planait sur sa voiture , comme si un esprit avec décidait d'hanter les lieux. D'ailleurs le cocher ne semblait pas être atteint de la mélancolie nocturne, si bien que le jeune homme le soupçonna d'appartenir à ceux qui ne sont plus. S'il savait à quel point il avait raison ...
    Le roulement de la roue retentissait sur la terre battu tel une mélodie. L'esprit du néo-zélandais s'éloignait lentement, avant de ce poser sur le triste souvenir de sa mère. Il se demandait si elle avait pu revoir son amant depuis sa dernière lettre et si sa grand-mère ne lui interdisait pas tout sortie, comme à l'époque où il vivait encore dans la demeure familiale. Maintenant qu'il savait que son soi disant père n'était pas son géniteur, il comprenait mieux cette tension qui agitait les adultes autour de lui. C'était du moins ce qu'il pensa quand il vit sur un rocher deux oiseaux qui se battait pour le même ver de terre. Pour un simple conflit de famille, on l'avait exilé de l'autre bout de la Terre, mais étrangement il ne leur en voulait absolument pas. Même s'il désirait aujourd'hui revoir sa mère plus que tout, ce voyage lui avait permis de créer cette univers ou tout ces êtres mystiques résidait au plus profond de son âme. Même si dans le vrai monde les hommes n'étaient pas de vulgaire cailloux il avait su moduler sa vision pour voir ce qui n'était pas grâce à l'isolement qu'il avait vécu loin de la personne qu'il aimait plus que tout au monde. Heureusement, après cette visite obligatoire dans ce manoir d'inconnu il pourrait rejoindre la demeure principale pour revoir Mary. Mais plus la bâtisse s’agrandissait, plus on entendait le triste échos des âmes emprisonnés dans cette prison centenaire ....

    Le cocher avait laissé à côté des barreaux ses bagages et lui, prétextant une sieste ou un pause. Même si le comportement de cet employé s'avérait tout à fait étrange, le visage du jeune homme n’oscilla pas d'un centimètre. Venant d'une grande famille, il avait du mal à comprendre qu'un travailleur puisse se permettre de telle initiative, mais vu que les cochers ne courraient pas les rues peut-être que les hôtes ne pouvaient pas le virer s'il ne faisait pas son travail. Quoiqu'il en soit maintenant qu'il était là, que devait-il faire ? Le bon sens lui dirait de passer la grille d'acier, mais ses jambes refusaient de se mouvoir, comme si elles savait qu’après avoir franchit cette porte il ne pourrait jamais revenir en arrière. Il frotta machinalement son écharpe orangé entre ces doigts comme lorsqu'il réfléchissait à l'impact de la civilisation plutonienne sur l'architecture moderne. Ce tic le relaxait par une magie inconnue, ce qui l'obligeait à porter le morceau de tissu lors de tous ses déplacements même s'il devait aller en plein milieu d'un désert. D'ailleurs même s'il était à l'ombre des sages forestiers des gouttes de suer perlait légèrement sur son front. Il les essuya d'un geste vif avant de voir un jeune homme qui se trouvait de l'autre côté de la muraille Le minerai- enfin le personnage- aux éclats d'or semblait être perdu dans ses pensées, n'ayant pas l'impression de savoir quoi faire non plus . Sigfried l'observa de ses pupilles bicolores et s'avança de quelques pas sans pour autant que l'inconnu ne le remarqua. Il était maintenant dans l'enceinte du terrain, sans encore avoir réaliser qu'il ne pourrait plus jamais quitter la région...

    Maintenant qu'il était plus près de cet homme, la première chose qu'il remarqua c'est que même s'il était à peine plus grand que l'adolescent, ses traits plus marqué renforcer une fatigue extrême que l'on associerait à un vieillard. Cette étrange image donna envie à notre incorrigible enfant de passer son chemin, mais il était presque certain que maintenant cette être avait surement du le voir. Que devait-il faire, essayer d'engager une conversation? La perspective de parler à un adulte ne l'enchantait pas du tout , si bien qu'il commença à marcher pour la porte principale. Mais dans son élan il s'arrêta réalisant qu'il ne s'était pas présenté à qui que ce soit à son arrivée. Peut-être devait-il quand même respecter ce code, même si l'individu ne semblait pas appartenir à la noblesse. Il bifurqua à gauche et se planta juste devant le jeune homme, lâchant avec le ton plus creux qui soit:

    "Sigfried Scott Marxwell..."


    Avant tout réaction, il sortit la lettre cachetée qu'il avait reçut pour son invitation afin que le cadavre sur patte puisse comprendre son intention. Il ignorait s'il devait attendre un réponse ou non, mais son esprit divaguait déjà sur l'allée de rosier. S'il n'était pas dans le monde réel, il prendrait vraiment ce lieux pour une maison hantée. Même les fleurs semblaient avoir été figée dans cet espace clos bloqué à l'époque victorienne, le costume du blond n'aidait pas non à faire disparaitre cette présence de revenant sur les épaules. Peut-être que durant son sommeil il avait voyagé dans le temps ou qu'il dormait encore. Entre ses fines lèvres il murmura l'un des rares mots qu'il avait appris en gaélique. "Taibhse" ou l'apparition. Ce manoir entier sentait l'odeur des regrets passées et de cette douleur qui laissait un vide sans contour. Les yeux dans le vague, l'enfant de savait pas qu'il pointait le secret de cette entre maudit entre ces songes...


Spoiler:
 
"In this world, only facts are important, but if I can prove their existence, you'll be proud of me ?"
Je suis le double compte de William et je parle en #6F5E4B.


Dernière édition par Sigfried S. Marxwell le Sam 4 Juin - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    Sam 4 Juin - 9:25

Complètement plongé dans ces pensées, le domestique ne portait plus aucune attention à ce qui l’entourait. Après tous, ce n’était pas comme si il risquait de ce passé quelque chose de nouveau … Plonger dans son dilemme intérieur, il ne remarqua pas la présence du nouveau venu.
Il était toujours à ce demandé s’il allait céder à ses envies et sortir ou rester raisonnable et rentrer rechercher une occupation quand son cerveau enregistra une présence autour de lui. Par habitude, il quitta son expression passive pour étirer ses lèvres en un sourire… Rester avec un air si perdu était impolie, il se devait d’avoir l’air plus… présentable a défaut de paraître vivant… Une leur amusé passa dans son regard à cette pensée...

Il releva sa tête avec un mouvement calme, s’apprêtant à saluer un de ces collègues qui, sans doute, devait revenir d’une sortie en ville. Il resta silencieux, une lueur de surprise passa dans ses yeux en croisant le regard plus qu’étrange du nouveau venu … Du rouge et du vert…..
C’était la première fois de son existence qu’il voyait un tel regard… Il frotta ses cheveux, cachant ainsi ses yeux sous les mèches blonde, arrêtant par ce simple geste l’envoutement que représenter pour lui les yeux verront du nouveau venu. Fixer de cet maniére une personne n’était pas polie, surtout un inviter. Car oui, vu qu’il n’avait jamais vu ce jeune homme, et surtout vu les vêtements de ce dernier, ce ne pouvait qu’être un invité… De plus, peut être que maintenant avoir les yeux de couleur divers, et qui plus est carmin, était chose courante ? Va savoir…
Sans pouvoir s’en empêcher, ses yeux ce teintèrent de tristesse à la pensée que son frère aurait trouvé un tel regard magnifique…Lui qui adorait la couleur rouge…
Il chassa ses pensées en frottant ces yeux, il devait se reprendre, après tous il venait de se trouver une occupation… Il remarqua que l’étranger venait de faire quelque pas vers la demeure…. Il ne le voyait pas ? Pourtant, il était visible à cette heure si… Finalement, le brun se planta devant lui, lui donnant avec un ton dénuder d’expression ce qui semblait être son nom et son prénom.

Avant d’avoir put faire le moindre geste ou prononcer le moindre mot, le jeune homme lui présenta une lettre cachetée… Le fantôme n’y prêta presque aucune attention, c’était évidant que l’inconnu était un invité… Un descendant des Ravenshill… Qui d’autre viendrait ce risquerer ici … ? Il tenta de transformer son sourire plat en un sourire aimable avant de saluer avec tout le respect possible l’invité. C’était difficile de paraitre accueillant et respectueux quand il pensa au sort du pauvre homme… Condamner à rester ici jusqu’à ce que la mort le délivre, coupé de tous liens extérieurs et enfermer avec des gens d’une autre époque… La vie pouvait vraiment être cruel…


- Bienvenu au manoir des Northwoods monsieur Scott Marxwell. Je souhaite que votre séjour ici soit le plus agréable possible.

Ash craignait de mal accueillir le nouveau venu. Même s’il y avait peu de chance de finir renvoyer, il ne voulait pas paraître irrespectueux … parce qu’il devait avouer que c‘était la première fois pour lui… Depuis l’incendie, il n’avait jamais eu le loisir de saluer d’étranger. Et vu qu’il n’avait pas suivit de réel formation, il n’était pas sur de ce qu’il devait faire…Les paroles de son frère concernant pareil cas était flou dans sa mémoire… A quand cela remontait il ? …Et lui en avait il vraiment parler ? … Lui qui n’aimait pas évoquer son travail… De nouveau, il frotta ses yeux… Mauvaise pensée… Il devait rester concentré sur l’inconnu et ne pas penser a d’autre chose.

Il s’approcha des bagages rester prés de la grille avec sa démarche emplit de lenteur. Mais avant de les prendre, il préféra en demander l’autorisation.


- Me permettez vous que je prenne vos affaires, monsieur ?

La question était d’avantage pour avertir le brun que pour réellement demander une autorisation. Il serait étonner d’avoir un non, et cela l’embêterait, dans pareil cas il devrait aller chercher un autre domestique pour qu’il s’en charge… Il préférait cependant attendre une réponse plutôt que de faire une erreur.

Il se retourna ensuite vers le nouveau venu… Peut être devait il lui proposer de l’accompagné à sa chambre ?... A moins qu’il ne préfère visiter les lieux ? …. Quoi que… Le voyage l’avait peut être fatigué,… Dans ce cas, mieux valait le conduire pour qu’il aille ce reposer… D’ailleurs, il pu noter que le jeune homme portait une écharpe orange autour du cou… Les nuit de printemps étaient pourtant douce ces temps ci… A moins qu’il ne soit malade ou d’une santé fragile ? … Vu sa pâleur et son air malade, tout laisser à y penser…. Il baissa légèrement les yeux…Le mieux était tous de même de lui demander plutôt que de faire de veine hypothèse…


- Monsieur, souhaitez vous que je vous mène a votre chambre afin que vous puissiez vous reposer ? …Ou préféreriez vous que je vous fasse visiter les lieux ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
Sigfried S. Marxwell
I am
a quiet and abandoned
a quiet and abandoned



Masculin

Messages : 68
Tu es quoi ? : Un humain , comment peut-on être autre chose ?


Identité
† Qui es-tu ?: Un garçon au yeux disparatres parait-il ...
† Surnom: Sig ~
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    Dim 5 Juin - 14:37

    L’accueil passa de son oreille droite à l'oreille gauche, sans pour autant que le traitement de l'information ne soit effectué. D'ailleurs, il n'avait pas remarqué avec quel intensité le rocher brillant scrutait ses yeux singuliers comme s'il s'agissait d'un trésor retrouvé après mille ans de disparition. Il était vrai qu'il avait rencontré lui même peu de personnage possédant cette particularité, mais il en avait déduit que les autres portaient simplement des lentilles comme lui qui dissimulait son iris saphirs et qu'il n'y avait donc rien d'extraordinaire. D'ailleurs l'adolescent ne regardait plus son interlocuteur et fixait la haie qui se trouvait derrière lui. La coupe était parfaite, comme si un robot avait vérifié millimètre par millimètre la hauteur de chaque branche. La plante devint un homme démembrés que l'on essayait de rentrer dans une boite étoilé. Pour seul réflexe Sig ferma les yeux pour mettre fin à son malaise. Ces visions cauchemardesques, normalement associé à un espace clos apparaissaient rarement à l'extérieur, mais maintenant l'écossais savait que ce lieu cachait quelque chose qui parasitait même son âme. La mélancolie de ce jardin n'était pas normal, la tristesse des étoiles et leurs larmes ne l'était pas non plus. Mais mise à part cette hallucination terrifiante, rien ne justifiait son doute. Mais maintenant que cette idée était née dans cette parcelle d'âme, ne pourra la déraciner sauf l'amer vérité.

    Quand cette décision fut prise dans son cerveau, le blond avait disparu de son champ de vision. Les pierre pouvait donc se téléporter? Le néo-zélandais tourna sa tête à droit puis à gauche avant de détecter un son derrière lui. Il se retourna vivement, près à s'en aller en cas d'ennui, mais il fut légèrement soulagé de découvrir son interlocuteur à côté de ses valises. Mais il remarqua ce faux sourire entre ses lèvres, comme de celui que sa mère affichait devant le doyen de la famille quand il vivait encore avec elle. Que pouvait-il bien justifier une telle dissimulation? Cela aurait-il un rapport avec le secrets de cet étrange habitation. Au fond cela n'avait pas encore d'importance, du moins pas tant qu'il se serait approprié les lieux ne serait-ce que globalement. Car avant de partir à la recherche de la prude Vérité, il valait mieux connaître les courants qui décrivait l'endroit du crime. Cependant le mutisme de son étrange camarade commençait à inquiéter l'adolescent même si son regard ne changea pas. Il semblait attendre une réponse à des paroles qu'il avait surement dû manquer en songeant au mystère de ce monde figé. Maintenant il ne devait pas se tromper, sans quoi il aurait faillit à son statut d'homme bien éduqué, mais que choisir? Visiblement il attendait quelque chose vis à vis de ses affaires vu la proximité avec celle-ci, peut-être même qu'il était un employé venant d'une autre dimension qui se chargeait de transporter les possessions des nouveaux venus. En suivant cette logique faussé, il conclut que pas respect à sa profession, il devait répondre oui quoi qu'il arrivait, même pour une question loufoque. Afin d'économiser sa salive qui lui sera précieuse pour le repas, il hocha lentement la tête avec un visage aussi expressive qu'un pantin désarticulé. On pouvait bien demander si une trace de volonté subsistait dans ce mannequin figé....

    Vint enfin la question qui déterminera jusqu'où cette rencontre irait, c'est à dire le moment ou cet inconnue lui demanda s'il préférait faire un tour ou allait directement dans ses quartiers. Ces paroles le rassura dans l'idée que son compagnon était un travailleur du manoir, mais Sig avait l'étrange impression qu'il ne savait pas vraiment si ces mots étaient juste ou pas. Peut-être qu'il avait été engagé peu de temps avant ce qu'il expliquerai sa jeunesse mais aussi la fatigue qu'annonçait son visage. L'écossais tourna la tête vers le manoir et réfléchit à sa proposition. La demeure était très imposante et le nombres de fenêtre semblait dérisoire devant la masse qu'il faisait face. L'enfant avala sa salive écrasa entre ses doigts les fibres carottes de son écharpe. Plutôt mourir que de rentrer dans cette prison avant de mourir d'épuisement. Il recula de quelque pas, exprimant son refus et baissa la tête pour que les mèches de sa tignasse indiscipliné lui cache le monstre de bois et de brique. Entre ses lèvres s'échappèrent deux simples phrases, empreintes d'une légère inquiétude, les pupilles encore rivés devant la porte monumentale:

    «  Est-il possible qu'on se limite au jardin? La prison me paraît trop sombre... »

    Bien sûr il ignorait que la bâtisse était véritablement une cage pour les invités, mais Sigfried comparait toujours les infrastructures à un véritable antre du diable, comme si les murs allaient l'écraser s'il osait s'aventurer plus loin. Puis la douceur printanière lui permettait de rester le plus longtemps dehors, car même si son corps semblait être aussi fragile que du cristal, il n'était pas assez malade pour qu'on lui interdise toute sortie. Il s'avançait prudemment vers le valet de ces pas furtifs et il s'assit sur l'un de ses sacs. Il était vrai que cette architecture était typique de l'Angleterre, d'ailleurs il était étrange qu'il ne l'avait pas remarqué plus tôt . Car les manoirs étaient le lieu de prédilection des revenants, encore plus que la région où il se trouvait actuellement. Sans réfléchir un instant de plus. Il questionna l'homme de son ton monotone, sans détacher le monument des yeux:

    «  Est-ce que ce manoir possède des légendes ou des rumeurs? N'y aurait-il pas des objets qui se déplacent dans la nuit ou des fantômes qui pointent le bout de leur nez pour effrayer les vivants? Le cadre semble idéale pour ce genre d'évènements.... »

    Sans se rendre compte Sigfried avait vu juste, mais sans une réponse positif il ne pouvait pas justifier l'impression mystique de cette terre. Un simple clignement de paupière suffit à invoquer une brise légère, le faisant légèrement frisonner. Qu'il désirait avoir raison ! Au moins cette escale dans le manoir ne l'aurait pas ralenti dans les retrouvailles avec sa mère pour rien ...


Spoiler:
 
"In this world, only facts are important, but if I can prove their existence, you'll be proud of me ?"
Je suis le double compte de William et je parle en #6F5E4B.
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    Dim 5 Juin - 18:53

Aucune réaction…. L’invité n‘avait aucune réaction. Ash commençait vraiment à se demander s’il était visible. En même temps, s’il ne le saurait pas, son interlocuteur aurait était surpris d’entendre une voix sortir du néant… Ce qui était loin d’être le cas. A l’inverse, il semblait ne pas le remarquer et ne pas l’entendre, pour preuve il venait de lui tourner le dos… Les être vivant pouvaient pourtant les entendre…Non ? … Le brun semblait être dans un autre monde… Son sourire s’étira de quelque millimètre en se rendant compte de se qu’il pensait. On pouvait dire que c’était le cas, vu qu’il était d’un autre monde. Un monde fait de vie… C’était normal qu’il ne prête pas attention à lui : après tous il n’existait pas réellement...
Le blond se dirigea avec calme vers les bagages du nouveau venu, le laissant regarder les haies sans s’en soucier d’avantage… Sa n’avait aucun importance au final…

Arriver a son but, il se tourna et demanda l’autorisation de les prendre. Vu que son interlocuteur semblait ne presque pas le remarquer, il voulait s’assuré que ce dernier comprenne son intention et qu’il ne pense pas que ces bagages aient disparut… Ou toute autre chose d’ailleurs. Il fut rassuré en voyant que sa voix devait bien se faire entendre, vu que l’invité se tourna vers lui avec rapidité…. D’ailleurs peu être un peu trop vite, comme s’il craignait quelque chose… Pourquoi ? Il n’y avait aucun danger pourtant…. Quoique…. Rien n’était sur si on pensait à la fureur que pourrait avoir certain fantôme en voyant un descendant des Ravenshill…

Il attendit avec patience un sourire sur les lèvres une réponse qui ne vint pas… Son sourire disparut quand il pencha légèrement sa tête sur le coté, interrogeant du regard son interlocuteur…. Il semblait ne pas réagir… Avait il comprit ce qu’il venait de dire ? Devait-il se répéter ? À moins que la réponse était si évidant qu’il ne pensait pas utile de la prononcer… Avait-il commis une erreur en lui demandant l’autorisation ? Aurait-il mieux fait de directement les prendre sans rien dire ? ….Peut être… Vu a quel point l’être vivant en face de lui semblait pensif, sa présence devait l’importuné et répondre a une question si inutile devait l’embêter au plus haut point…
Ash sentit une légère torpeur le gagné … Pourquoi se posé autant de question ? C’était inutile…Si son interlocuteur ne voulait pas qu’il s’en occupe, il le lui ferrait sans doute savoir… Le valet laissa un léger murmure d’excuse traverser ses lèvres en commençant à prendre les affaires en face de lui, manquant de cette manière le hochement de tête du garçon.


- Je suis désolé de vous avoir importuné avec mes questions inutiles, monsieur. Je ferrais de mon mieux pour que sa ne se reproduise plus.

Le fantôme entreprit de mettre les bagages en ordre afin de pouvoir les transporter… Arriverait-il à tout porter ? …Bien qu’il n‘y ai pas tant de chose à prendre, le jeune homme avait gardé une certaine fragilité dans la mort, et sa musculature était quasiment aussi insistante malgré le temps qu’il avait déjà passé au service du manoir… Il eu un léger mouvement en les soulevant, mais se reprit rapidement. C’était son travail, il ne pouvait pas faillir à sa tache. De plus, il n’allait pas se plaindre de fournie quelque effort physique après avoir passé presque dix huit année allongé ….

Même en venant de préciser qu’il ferrait son possible pour ne plus l’importuné, il était bien forcé de lui demander s’il préférer être accompagné a sa chambre ou visiter les lieux avant…
Quoi que …Vu l’état de faiblesse du brun…Il valait sans doute mieux directement l’amener a sa chambre. Le domestique s’attendait à avoir une absence totale de réponse, et donc de devoir faire sans. Il laissa alors ces pensées vagabonder, persuader que de toute manière il passerait inaperçu aux yeux du rêveur. Se demandant comment son jumeau aurait réagit dans pareil situation et bien loin de remarquer les réactions du garçon, il fut surprit en l’entendant répondre… Très surpris… Tant qu’il laissa tomber ce qu’il venait de soulever. Une prison ?...Comment pouvait il être au courant…. ? Ash entreprit de ramasser ce qu’il venait de lâcher, avec sa rapidité habituel….Autant dire sans grande vitesse….Tout en s’excusant bien entendu.


- Désolé….Je suis désolé…. Je…Je vous pris de bien vouloir me pardonner, monsieur, je ne voulais pas…..

Sa voix se brisa… Comment avait il put faire une telle erreur ? …. Lâcher ainsi ce qu’il tenait …. Quel domestique pitoyable il faisait… Ramassant de nouveau les bagages de l’invité, il s’assura de ne pas les avoir abimé en les malmenant….. C’était inadmissible, quand il travaillait il ne devait penser à rien d’autre que ça…Rien d’autre…Sinon voila ce qui arrivait….

Se reprenant, le domestique répondit à la pseudo question du nouveau venu, tant pour lui apporter une affirmation que pour se remettre entièrement dans son travail.


- Si vous souhaitez visiter le jardin, je vous y guiderais avec plaisir monsieur…

… Qu’était il écrit dans les lettre que recevaient les invité ? Comment ce garçon aux yeux envoutant pouvait il savoir le sort qui lui était réserver ?....Et, surtout, s’il le savait, pourquoi était il venu ?... L’avait on forcé ? N’avait il eu d’autre choix que de s’y résoudre ?... Ash ne pouvait qu’admirer la manière dont il semblait accepter son destin…. Etait il dépourvu de volonté, presque de vie, parce qu’il savait très bien où il mettait les pieds ? Ce serait un raisonnement logique, pourquoi prendre la peine de vivre pleinement quand était a jamais prisonnier d’un tel lieu….. ?...... Les yeux ambre du fantôme luisait de tristesse, son sourire avait définitivement disparut de son visages, laissant place a une expression qui lui allait d’avantage… Il ne posa pas de question, agiter le couteau dans la plait aurait était bien cruel envers l’inconnue qui lui faisait face. De plus, il se voyait mal tenter de parler. Son existante étant finit depuis longtemps, il ne pouvait pas réellement comprendre…. Sans même parler de réconfort, rien ne pouvait soulager d’un tel emprisonnement….Rien sauf la mort bien sur….

De nouveau river dans ces pensé, quoi que pour une fois non relier a sa moitié défunte, il put remarquer que l’un des sacs qu’il avait l’intention de porter furent occuper par son propriétaire. Il leva son regard dénuer de toute vie vers celui si captivant du nouveau venu, attendant patiemment l’autorisation de pouvoir prendre les bagages de ce dernier. Il pouvait remarquer que le brun avait les yeux rivé sur sa nouvelle prison…. Les paroles qui arrivèrent à ses oreilles le laissèrent en pleine stupeur…. Vraiment, qu’était il écrit sur ces lettres ? … … Que devait-il répondre ? Il ne put s’empêcher d’avoir un regard voilé en entendant que le cadre était idéal pour ce genre d’événement….. C’était des plus évidant, en effet….

Une légère pression se fit ressentir dans sa poitrine a la pensé que son interlocuteur espérait peu être rencontré des fantômes et était venu dans ce but….Comme quoi, la souffrance ne s’arrêter pas dans la mort… Mais ce n’était pas une nouvelle pour lui….

Qu’étaient-ils aux yeux du brun ? Un spectacle ? Un mythe ? Une plaisanterie ? Pensait il qu’être dans leur situation était un tant soit peu plaisant ? …..Les yeux du blond n’exprimer que la douleur… Peut être réagissait il ainsi parce qu’il était mort depuis maintenant trop longtemps pour comprendre les vivants…. Ne valait il mieux pas, pour l’invité, imaginer la chose come quelque chose d’agréable plutôt que comme une horreur ? Apres tous, s’il avait peur des fantômes il aurait bien du mal a ce faire à cette invitation éternelle dont il faisait l’objet…. Oui, cela valait mieux …. Au finale, ignorait ce qu’était vraiment les fantômes et voir ça comme une attraction valait mieux que de se rendre compte de la réalité… Ce n’était pas sur qu’après avoir croisé l’un des résident du manoir avide de vengeance il aime toujours autant les esprits… D’ailleurs, peut être était ce pour ça qu’il se renseigner…Peut être les craignait il… Ce serait une réaction plus naturelle après tous….

Ash eu un nouveau sourire, plein de mélancolie, quand il entreprit d’apporter un semblant de réponses.


- Je suis désolé monsieur, mais je n’ai jamais entendu parler de légendes ou de rumeurs concernant ce manoir ou ces alentours …

Le domestique hésita quelque instant sur la suite a apporté…. Devait-il le mettre en garde sur ceux qui pourrait lui porter rancœur ? …Mais s’il avait peur des fantômes, il ne voulait pas l’effrayer ainsi….

- Je vous prie d’excuser ma question monsieur, mais craignez vous les fantômes ?

Ces yeux n’avaient pas changé d’expression, juste de la tristesse et de la mélancolie avec une pointe d’interrogation. Il voulait mieux comprendre les raison de ces question sur les revenants…Peut être pourrait il ainsi y apporter plus aisément une réponse….Bien qu’il n’était pas encore sur de savoir s’il préférait un oui ou un non ….
Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
Sigfried S. Marxwell
I am
a quiet and abandoned
a quiet and abandoned



Masculin

Messages : 68
Tu es quoi ? : Un humain , comment peut-on être autre chose ?


Identité
† Qui es-tu ?: Un garçon au yeux disparatres parait-il ...
† Surnom: Sig ~
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    Mer 8 Juin - 12:38

    Assis sur son siège improvisé, le jeune écossais fit quelque chose qui sortit de ces habitudes: il regardait à présent son interlocuteur des ses yeux si singuliers, comme s'il avait pu enfin considérer ce valet comme son semblable. Bien sûr il n'en était rien, les pierres ne passaient pas facilement humain, après tout seul sa mère échappait à cette considération. Mais cependant il fut intéressé par l'absence de mythes sur ce lieu sinistre. Pour ce qui était des excuses elles étaient passé dans sa tête sans réel impact et pour cette fameuse ballade dans les terres du manoir il ne voyait pas l'intérêt d'y répondre, simplement que si sa gouvernante était là elle l'aurait surement enfermé dans sa prison noir pour avoir considérer un domestique. D'ailleurs il n'avait jamais compris tant d'indifférence pour ces travailleurs. Il devait bien avoir une vie de super héros derrière leur uniformes grotesques, sinon ils n'en porteraient pas d'aussi ridicules. Mais la situation était différente pour son interlocuteur, étrangement cette tenue lui allait bien, comme si cela soulignait ses courbes osseuses en les rendant encore plus cadavérique. Mais le plus impression étaient sans doute ses perles d'or qui ornaient son visage mélancolique. Sigfried avait toujours adoré les couleurs choses et lumineuse, lui faisant oublier que dans ce monde la nuit sans fin existait. Il aurait voulu avoir les mêmes qu'ils trouvaient mille fois plus élégant que les siens. Tout d'un coup sa vision changea et il dut bien admette que cette entité devant lui était une bougie qui semblait en proie à l'extinction à chaque brise.

    Car même un aveugle aurait vu toute cette tristesse qui hantait cette enfant presque adulte. Ce sourire factice qu'il lui donnait lui rappelait un peu ceux de son père: accablé par un mensonge pour le bien de tous. Mais notre adolescent ne comprenait pas avait-il besoin de souffrir ainsi. Si cela ne lui plaisait pas d'être ici , ne devrait-il pas s'enfuir de ce lieu? Il ouvrit légèrement la bouche mais se résigna avant qu'aucun son ne puisse y sortir. Il ne pouvait pas lui donner de conseil pour l'aider à trouver le bonheur, après tout lui-même avait attendu de longues années avant de trouver l'opportunité de fuir l'île où il vivait. De plus il était impoli de se mêler de la vie des inconnues, et encore moins quand ce dernier s'excusait à tout bout de champs. Ce n'était pas la peur de le blesser qu'il l'en empêcha, mais sa pensée devait être le frein à l'origine de la douleur. Sigfried était conscient de sa jeunesse et se voyait pas rallumer une chandelle sans mèche. Tout ce qu'il pouvait faire était de répondre pour une fois, mais comment il ne savait pas. Devait-il faire le muet pour ne pas perturber la mélodie aussi pesante et effrayante du silence ou risquer un mot qui briserait cette atmosphère unique. Après quelques secondes de réflexion, il baissa la tête pour prononcer doucement ces mots , regardant le balancement de ses jambes:

    « Dommage. »


    Un simple mot, mais qui résumait toute sa pensée. Il n'y avait rien d'autre à dire pour l'instant, même si au fond de lui il les sentait sentait bien ces revenants. Après tout même s'il n'en n'avait jamais vu, il avait sensible depuis tout petit aux présences étrangères, allant de la grand-mère gâteuse à la maîtresse qui se trompait de classe. Mais étant encore un enfant, le néo-zélandais entendait les ultrasons, l'ouvrant ainsi à une vision différence de cette forêt qui encadrait la demeure. Au lieu d'entendre les crépitements des feuilles, il eut l'impression que tous les arbres sanglotaient en cœur, comme s'ils savaient que la scie électrique allaient les décapiter. Pourtant, cette chanson d'horreur ne craquela pas le masque figé qui lui servait de tête, sachant parfaitement que cette hallucination n'était qu'un tour de son esprit pour qu'il n'oublie pas la raison de sa venue ici. Il n'était que de passage ici, et les sages sylvestres lui rappelaient simplement qu'il était venue en Angleterre pour tarir l'absence de l'être cher. D'ici quelque jours, ces bois de seront plus qu'un songe et il pourrait enfin toucher ses cheveux , son visage, ses doigts... Il savait bien qu'il était un peu étrange de voir sa mère de cette manière, mais il n'y avait aucune malice dans ses sentiments. Ils s'agissaient simplement de ceux qu'éprouvait un fils envers une génitrice qui l'avait toujours aimé et apprécié pour ce qu'il était, tout simplement...

    Tout d'un coup, les paroles de son camarade retentirent dans l'air tel un coup tranchant, du moins pour cet enfant squelettique, si bien que la surprise perça son masque de neutralité. Il fixait de nouveau le domestique, les yeux écarquillés par ce qu'il venait d’entendre. Ne venait-il pas d'entendre qu'il avait peur des entités spectrales? Il avait tout à fait tort! Sigfried aurait donné un bras pour pouvoir photographier un âme errante, d'un part pour prouver à sa mère que ces mythes n'était réalité et que d'autre part pour enfin accepter que les espers, alien et autre être prétendu insensé pouvaient exister et ça c'était merveilleux. Bien sûr on pourrait prendre cela comme une curiosité enfantine, mais le fait est que notre écossais souhaitait sincèrement lié avec ces personnages qui avaient bercé son enfance. Cruel destin de l'avoir fait espérer dans des rêves inaccessible, mais le pardon sera donné que si le mensonge n'était partiel. Hélas jamais rien dans ce sens, le Père Noël était devenue un employé en costume, les lapins de pâques des commerciaux bidons et la citrouille un simple légume. Mais l'espoir d'un monde merveilleux nourrissait cette marionnette bien plus qu'un repas. S'il y avait bien une possibilité que tout cela existe alors il la trouverait, même s'il devait y passer l’éternité...

    Mais revenons en à la situation. Sigfried devait créer cette fois un dialogue cohérent, car un simple non ne suffirait pas à exprimer la relation complexe qui le lier étroitement à ces morts vivants. devait-il faire un historique de toute ces lectures sur le sujet ou simplement se limiter à l'essentiel. Comme l'homme était un total inconnu, il n'aurait jamais du penser à de tels choix pour la bienséance, cependant il sentait que cette vérité ferait du bien à cette triste personnalité même s'il ne savait pas réellement pourquoi. Cet instinct, au même niveau que la magie, l'obligeait à se préparer à parler véritablement. Cette organisation d'idée dura quelques minutes, assez pour que le jeune adulte se demande s'il avait véritablement compris sa question. Il hocha négativement la tête et entrouvrit ses lèvres avant de parler comme il n'avait pas fait depuis des années, gardant pourtant son ton monotone:

    « Fantôme ou pas, ce sont des pierres qui pensent comme les autres. Je ne les recherche pas spécialement pour me vanter d'avoir rencontré une entité qui peut prendre la forme d'un songe, mais je croire en leur existence pour pouvoir les remercier. Maman me racontait souvent leur particularité et leurs histoires, j'ai toujours trouvé merveilleux cette résistance à la fin de toute chose. Cependant je conçois que leur situation doit être terrible, le seul moyen pour atteindre le repos éternel et de soulager leur tourment, mais cela ne doit pas être forcément facile. Imaginons que leur regret et de pouvoir dire adieu à quelqu'un de cher et qu'elle meure sans passer par l'état d'errant fantomatique, l'esprit est coincé à jamais entre la vie et la mort n'est-ce pas ? De plus ils n'ont peut-être pas la possibilité d'atteindre les vivants, ce qui doit provoquer un isolement sans précédent. Être un mort c'est comme vivre dans une prison de verre insonorisé, on a beau entrevoir ce qui se passe dans le monde extérieur, on ne peut pas communiquer sans des conditions favorables. Pouvoir dialoguer avec des êtres aussi forts doit être une expérience enrichissante... »

    Lorsqu’il eut terminé sa courte tirade, Sigfried fut obligé de prendre une longue inspiration pour ne pas manquer d'air. Quand il s’agissait d'êtres surnaturels, il s'emportait naturellement dans ce genre de rêverie partagé, sans pour autant se sentir coupable d'ennuyer son interlocuteur. Une passion était une passion, quoi qu'il arrivait. Brusquement il sauta sur le sol et prit la main de son guide, sans donner autre indice qu'un mouvement de tête vers l'allée. Il voulait qu'il lui montre les environs du moins tant qu'il était connecté à la réalité. Il était évident qu'il serait surpris, mais notre jeune garçon ne se rendait pas compte vu qu'il faisait ce geste avec les hommes de maison quand il vivait en nouvelle Zélande, il croyait donc que ce genre de comportement était normal. Sous l'éclat de la Lune, un hibou annonçait le début du cauchemar...


Spoiler:
 
"In this world, only facts are important, but if I can prove their existence, you'll be proud of me ?"
Je suis le double compte de William et je parle en #6F5E4B.
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    Mer 8 Juin - 16:58

Même en faisant tomber les affaires de l’invité, ce dernier n’avait par réagit….. Aucun cri, aucune remontrance, même pas un regard… Le domestique n’allait pas se plaindre de ne pas voir était sermonné mais…Le manque de réaction de l’invité avait le don de le rendre mal à l’aise…. Mal à l’aise parce qu’il craignait de ne pas être pleinement visible… Mal à l’aise parce qu’il commençait à se poser des questions… Le nouveau venu était il vraiment un être vivant ? En toute logique, la réponse était oui : venant d’arriver, pour preuves les bagages posé prés de la grilles, portant des vêtements que le domestique n’avait jamais vu jusqu’à maintenant, d’un style bien différent de ce qu’il avait l’habitude de côtoyait, et pour finir la lettre qu’il lui avait montré plus tôt…. Pourtant, ce manque d’expressivité, ce teint pâles, cet air absent… Il fallait avouer que l’idée qu’un des habitants du manoir s’amuse à se faire passer pour un invité était possible, avec les esprits farceurs… Enfin, possible mais non applicable. Pourquoi quelqu’un s’amuserait il à faire ça ? De plus, bien qu’ayant peut l’air d’être en vie, le nouveau venu ne donnait pas le sentiment d’être mort… Il était différent des personne qui peuplent le manoir… Il ne ressortait pas de lui la mélancolie, la vengeance et ce genre de chose qu’on ressentait ici… Donc il était bien vivant, même si il semblait être dans son propre monde…
Un souvenir lui donna une autre raison de l’air figé du brun…. Son jumeau s’était déjà plain d’avoir rencontré des gens qui le méprisait, faisant comme s’il n’existait pas. Pour ce type de personne, les domestiquent n’étaient que des meubles… A l’inverse de sa cher moitié, la pensée que le jeune homme qui lui faisait face fasse partit de cette catégorie de personne le rassuré. Faire partit des meubles, êtres invisible , ne pas avoir d’importance … C’était normal….Il y était habituer et ça avait toujours était le cas Au moins il était tranquille comme ça, de plus effectivement il était la moitié du temps invisible … Il arrêta de s’interroger sur tous ça, maintenant qu’il avait une réponse probable, il n’allait pas se plaindre qu’on le laisse tranquille…Et du moment qu’il fasse son travail de son mieux, il n’aggraverait pas sa situation… Il se doutait que ses erreurs serait transmisse à son maître et qu’il devrait en subir les conséquences, mais il saurait y faire face... .

Après avoir était interroger sur la possibilité que des fantômes errent dans les parages, le blond était partit dans ses pensées… Loin de ses réflexions et rêverie habituel, il ressentait pourtant une douleur et une tristesse aussi grande que de coutume…. Peut être aurait il mieux fait de céder à sa faiblesse et d’aller faire un tour dehors… A priori, malgré ses bonne résolution, il aurait était tout aussi pensif, mais là au moins il aurait pensé a son jumeau…Pas a sa condition de fantômes…
Sa méditation, si on peut appelée le flux d’interrogation qui se déroulait dans son esprit par ce nom, s’arrêtèrent quand il finit par remarquer l’éclat au teinte si coloré qu’étaient les yeux du brun… Enfin, l’éclat… L’éclat pour le fantôme… Comment des yeux qui semblaient être tel que le rubis et l’émeraude pouvait avoir d’autre qualificatif ? … Pourtant, cette fois ci, en le croisant, il se sentit plutôt mal… Le regard en face de lui le fixait… Et même s’il devait avouer aimait la vu de ces deux yeux, c’était différant… Les recommandations de son double, sur la facilité qu’on avait à lire en lui à travers ses yeux se firent à son esprit …. Mais il n’y avait jamais crut. Ryan pouvait lire en lui avec facilité parce qu’il était son jumeau et seulement pour ça. Yeux ouvert ou fermé n’y changeait rien. La preuve : ses parents n’avaient jamais sut lire ses sentiment… Ce quel e blond oubliait, c’est que ses parents ne le fixaient jamais ainsi... De toute manière, Ash mit fin a tout ça en détournant son regard puis en passant une main sur ses cheveux, faisant de la même manière cacher ces dernier par des mèches blondes. Pour la simple raison que fixer un invité n’était pas poli du tout

Finalement, il avoua ne pas connaitre de légendes ou de mythes sur le manoir. La présence de fantômes n’étant ni un mythe, ni une légendes, mais un fait. De plus, pour en connaître, le village était le meilleur endroit…Mais il préféra ne pas le conseiller au brun, en tant qu’invité ce dernier ne pouvait plus partir… Maintenant, il s’interrogea sur l’utilité et le bienfait de parler d’avantage des ‘esprit’…. Les paroles qu’il entendit le convainquirent que oui, il le fallait… Ainsi il commença en s’assurant que, comment le laisser suggéré le « dommage » qu’il avait entendu, l’invité semblait ne pas les craindre….

A sa question, pourtant poli et dites avec les plus d’amabilité que pouvait avoir un être dénuer de vie, le brun fut surprit… C’était d’ailleurs la première fois qu’il ne semblait pas manquer de réaction…. Le domestique s’attendit donc à une réponse…. Qui ne suit pas… Etrange…. Vraiment étrange…. Pourquoi réagir de la sorte et garder le silence ? Avait-il eu un mal entendu ? Ou bien… Peut être ne voulait il pas répondre… Comme de plus tôt, il n’avait en général aucune réponse a ses questions et aucune réaction à ses paroles…. Son vis-à-vis semblant d’ailleurs être retourné dans son propre monde… Devait il ne pas insister et passé à autre chose ? Comme lui demander l’autorisation de récupérer le dernier sac pour l’emmener, comme il lui avait demandé plus tôt, dans les jardins… C’est ce que venait de décider le blond quand son interlocuteur prit la parole.

….Ash ne comprenait pas entièrement le dialogue du garçon… Des pierres ?....Parlaient il de pierre tombale ? … On pouvait en effet les réduire à leurs pierres tombales…. Ces tristes monuments qui couvraient ce qui demeurait de leur existence physique…. .Mais une pierre tombale ne pense pas…. Et l’idée de se vanter d’avoir rencontrer un fantôme avait du mal à se frayer un chemin… De son vivant, croiser un fantôme n’était pas vraiment quelque chose de rechercher….. Les temps avaient il si évoluer ? …Par contre, pour le songe, il était plutôt d’accord… Un songe n’a pas de réalité propre et a une durée tant éphémère qu’éternelle… D’autre zone d’ombre teintèrent le discours de son interlocuteur…Pourquoi voulait-il remercier les revenants ?... et cette pseudo résistance à la fin de toute chose…. Trouvait ça merveilleux… Enfin qui sait, dans le manoir d’autre personne devait allaient dans ce sens…Mais pas lui… Ce n’était pas une résistance, il savait que d’autre personne comme lui n’avait jamais souhaité rester après leur mort… C’était difficile pour lui de concevoir pareil manière de voir les choses… La suite le rassura un peu, le brun ne voyait pas que des bienfaits dans ‘l’état de fantômes. Il fut particulièrement intéresser par le passage sur le repos éternel, mais déchanta en comprenant que les revenants dont parlaient le brun n’étaient pas identiques à ceux qui éraient dans le manoir... Rester ici a causes des regrets... Ce n’était pas leur cas…Pas du tout… Des regrets et de la rancœur, peut être que certain en avait, mais pas tous…Lui par exemple avait accepté la mort sans aucun problème autre que l’appréhension devant l’inconnu…… il ne s’attendait donc pas à se réveiller et ne l’avait jamais souhaité… De toute manière il savait que sa aurait eu lieux dans les deux mois à venir… C’était le fait de devenir un fantôme qui engendrait les tourments… Sa il en était persuader, que tout un manoir se retrouve dans l’état de revenant, c’était bien la preuve que tous ça ne concernait pas les remord personnel… La comparaison avec la prison de verre étaient intéressante…. Ne pas pouvoir communiquer comme on le souhaite avec les vivants….. Ca ne se révélait pas vrais dans leur cas…. Mais pourquoi voudraient ils parlaient à des êtres vivants ?.... Les conséquences d’une telle chose pourraient être désastreuse, tant pour l’un que pour l’autre… Sans même parler des différances … La curiosité sans doute….

Absorber par les paroles de son interlocuteur, il ne se rendit pas compte qu’il laissa échapper quelque mot.


- Je ne pense pas que les spectres soit spécialement « fort », tout comme je ne vois pas pourquoi parler avec eux est enrichissant…. Toute chose doit avoir une fin et il ne devrait pas y avoir d’exception…. Jamais….

Un simple flux de paroles, aussi légères que le souffle du vent et à peine audibles. Sa voix était teintée de profonde mélancolie pendant que ses yeux semblaient définitivement éteints. Rien ne semblait teindre ces mots, comme si ils venaient profondément de lui…. Comme si eux même étaient morts…. Il n’y avait ni dégout, ni haine, ni méchanceté, il ne niait nullement leur existence non plus, bien à l’inverse d’ailleurs. … C’était juste ce qu’il pensait au plus profond de lui. Pourquoi un fantôme serait il plus fort qu’un être vivant ? De quelle manière ?.... A cet instant, Ash était vraiment vide. Comme si les paroles de son interlocuteur l’avaient définitivement éteint. Cela remuer en lui trop de chose qu’il ne voulait pas évoquer… Trop de questions qu’il ne pouvait pas poser, ne serait ce qu’à cause de son rang…Tant de penser qui menacer de lui faire chercher un endroit pour pouvoir être seul….

La torpeur qui l’avait gagnait partit quand il fut tiré par la main. Cela le surprit au plus haut point…Plus que tout ce qu’avait pur dire ou faire, ou justement ne pas dire , le brun…. La seule personne qui le tenait comme ça, c’était Ryan bien sur… Autant dire que c’était très troublant pour lui… Il reprit complètement ses esprits en comprenant que l’invité voulait qu’il lui fasse visiter les jardins… Il y avait d’autre moyen pour le lui faire comprendre ! Le fantôme était gêné, c’était le cas de le dire…..Partageait entre le souvenir de son frère, et le fait qu’ils ache pertinemment que ce dernier n’aurait pas apprécié ça… Il allait faire en de rompre tout contact quand une chose lui sauta aux yeux…. La jeunesse du brun… Dans son monologue sur les fantômes, n’avait il pas appeler sa mère « maman » ? …Hors, normalement quelqu’un qui semblait avoir son statut devrait l’appeler mère…Surtout devant un employé tel que lui… Cela lui montrait bien que le garçon devait être jeune…. Il ne l’avait pas remarqué avant, surement parce qu’ils étaient tous deux d’un taille similaire…. Un geste froid pour revenir a sa place de domestique serait peut être mal interpréter …. Il s’arrêta calmement et laissa glisser doucement sa main pour qu’elle soit libérée. Une fois cela fait, il adressa pour la énième fois du jour un sourire dénuer de vie au brun.


- Je suis désolé de devoir vous demandez cela monsieur, mais pouvez vous attendre que je prenne vos affaires ? Je ne peux pas les laisser sans surveillances….

Sur ces mots, toujours aussi aimable et poli que de coutume, bien qu’étant légèrement teinté de gentillesse cette fois si, le blond retourna prés des bagages et entreprit de les porter. Pourvu qu’il ne les fasse pas de nouveau tomber…. Il retourna ensuite au coté du brun et entreprit de le guider vers le jardin.

[Suite : le jardin]
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Contenu sponsorisé
I am






MessageSujet: Re: Errance [Pv ]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Errance [Pv ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Northwoods Manor † :: L'extérieur du Manoir... :: Le portail-
Sauter vers: