AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...    Dim 31 Juil - 23:11

▬ first of all ;;

Nom ;; Hawell
Prénom;; Leo
Surnom(s) ;;
Groupe ;; Esprit frappeur
Date et lieu de naissance ;; 28/10/1844
Âge ;; 19ans
Nationalité ;; Anglais
Orientation sexuelle ;; Bisexuel (En ce qui concerne les femmes, il les aime plus âgées)
Lieu à hanter ;; Une roseraie dans les jardins



▬ life and death ;;

Avant de pouvoir se lancer dans la dite histoire, peut-être faut-il commencer par les banalités. Eh oui, après tout, on aura beau dire ce qu'on veut, le physique a toujours compté. Leo n'est pas un garçon particulièrement laid. Il est même plutôt beau. De grands yeux bleus, miroir de ses expressions, une chevelure blonde, lui donnant des allures de prince, il a enfaîte un faciès plutôt agréable. Mais il est bien connu qu'on ne se satisfait jamais de ce qu'on a. Aussi, Leo n'aime pas ses cheveux et encore moins ses yeux. Il se considère comme trop banal. Selon lui, les petits blonds à yeux bleus ça court les rues. C'est d'un ennuie. Pour autant, il ne fait pas un caprice de son physique et sait s'en servir s'il le faut. Ce n'est pas parce que lui n'aime pas, que les autres, eux pensent de même. Mis de côté sa bouille plutôt angélique, on peut dire que la nature a été plutôt méchante avec lui – toujours selon ses dires. Il n'est pas bien grand du haut de son mètre soixante-dix et a beau manger tout ce qui lui passe sous la main, il n'a pas pris la bedaine enviée de l'époque. Malheur à lui. Au moins les couturiers avaient moins de tissus à user pour ses habits...
En parlant de ces derniers, Leo s'est toujours laissé aller aux soins de sa mère. Elle semblait tellement aimer jouer à la poupée avec sa personne, admirant les habits sur mesures qu'on lui taillait. Et les femmes sont connues pour leurs bon goûts – tout du moins sa mère à lui, alors pourquoi pas.

De là, pourquoi ne pas descendre dans un aspect plus psychologique de sa personne. Comme on le remarque au-dessus, Leo est un bon garçon à sa maman. Il lui donnait carte blanche, la laissant gérer à sa guise ses petites affaires, jusqu'à la fiancée qu'on lui promettait. Cela aurait aussi du être du fait du père, mais ce dernier, mort quand il était encore jeune, le blondinet n'a pu compter que sur sa chère mère. A jamais choyé par cette dernière, il n'est pas étonnant de voir se développer chez Leo un grand respect envers la figure maternelle. Il l'aimait, peut-être même à outrance, bien qu'il ne révéla jamais cet amour interdit à quiconque. Il se consumait en gestes tendres pour elle, en regards d'amant, interprétés comme ceux d'un fils adoré. Et il se fichait que sa mère n'interprète pas comme il se doit son attitude. Tant qu'elle restait avec lui, qu'elle continuait à l'admirer lorsqu'on le déshabillait pour lui coudre à même le corps une chemise dentelée, c'était tout ce qui comptait.
C'est sans doute à cause d'elle d'ailleurs, qu'il éprouva en grandissant une fascination pour les femmes plus âgées que lui, pour leurs soins. Mais il n'y avait que sa chère et tendre mère qui comptait dans son cœur.

Ce jeu dangereux, jamais il ne le cessa. Sa flamme intrépide était cachée au fond de lui. Mais Leo savait que l'ambiguïté entre lui et sa mère grandissait aux fil des ans et il commençait à craindre qu'elle ne le rejette. L'inceste est un pêché... L'inceste est un blasphème. Pour pallier à ce désir qu'il ressentait pour celle qui l'avait engendré, le garçon se mit à devenir très sociable avec son monde. Il faisait la discussion aux femmes et aux hommes, levait son verre à la beauté de l'épouse du voisin, et faisait des compliments plus ou moins hypocrites sur les toilettes des dames. On l'apprécia dès lors. Il était mignon et sympathique. Sa présence était délicieuse dans les soirées privées.

Toujours est-il qu'il surveillait du coin de l'œil les relations de sa mère, envoyant valdinguer avec discrétion, chaque homme osant un pas de trop vers elle, ou louchant sur sa personne. Un brin paranoïaque et surtout jaloux possessif, il arrivait à Leo de jeter au feu les invitations de certains gentlemans trop entreprenant. Dans l'amour donc, il ne partageait pas. Ce qui lui appartenait était à lui et à personne d'autre, et gare à celui qui tentait de le défier. Il se ferait une joie de le faire rôtir.

Si Leo a toujours gardé un œil sur les gens que côtoyait sa mère, cette dernière elle, ne l'a jamais entravé. Il est fou comme elle le laissait courir à droite et à gauche sans se soucier de ses rencontres. Elle voulait son bonheur et au fond de lui, Leo comprenait parfaitement qu'il faisait son malheur à jouer l'amoureux. Mais ça ne l'arrêtait pas, car l'amour ne se commande pas. Il se vit et lui le vivait à fond. Et cela, malgré la culpabilité qu'il éprouvait à l'enfermer dans son carcan d'égoïsme.

***
Vint un jour où sa mère lui apporta une lettre cacheté. C'était une invitation à un bal chez la famille Northwoods. Être convié à cette soirée semblait vraiment faire plaisir à sa mère. La voir sourire réjouissait Leo. Il la trouvait si belle quand son regard bleu pétillait. Il aurait tant aimé pouvoir caresser sa joue, lui dire qu'il ferait en sorte qu'elle ait la plus somptueuse des toilettes, rendant jalouses toutes les autres femmes. Mais non il ne pouvait pas. De toute manière il ne voulait pas qu'elle y aille. Trop d'hommes pourraient tomber sous son charme. Et la solitude gagnant doucement le cœur de sa matrone, il devinait aisément qu'elle se laisserait charmer. Sa paranoïa devait jouer sur cette réflexion, mais cas cela ne tienne, Leo se devait de réfléchir à un stratagème pour l'empêcher de s'y rendre. Heureusement que l'invitation, envoyée à l'avance, lui permettait de mûrir un plan.

Pendant une semaine Leo se mit à donc à penser, penser et encore penser à comment faire pour qu'elle ne vienne pas. Bien sûr lui irait, pour que le nom des Hawell soit représenté. Alors comment faire ? Il se mordait le pouce, murmurait des suppositions, jusqu'à ce que lui vienne l'idée. Le stratagème n'était pas des plus beaux, mais la veille de leur départ pour la propriété des Northwoods, Leo utilisa une fougère connue pour sa toxicité : la Dioptéris filix-mas. Ce qui était pratique avec elle, c'est qu'elle se trouvait un peu partout et que bien utilisée, pouvait provoquer des vomissements et des diarrhées. Il se maudissait de devoir l'utiliser sur sa mère... Mais bon, pour son amour, pour son égoïsme, il passa outre ses remords. La plante eut l'effet escompté et Leo se rendit seul au bal, soupirant de soulagement. Pourtant, au cour de la soirée il se montra bien pensif, ses pensées vagabondant vers sa mère souffreteuse. Il ne profitait qu'à moitié des alcools présents et des discussions animant la salle principale.

Bien vite il fut ramené à la réalité, quand des gamins se mirent à crier au feu. Croyant tout d'abord à la blague, il se mit à rire comme beaucoup, quand tout à coup une odeur de brûlée lui monta au nez. C'était impossible, pensa-t-il en lâchant sa coupe, dont le contenu se répandit sur le sol, au milieu des débris de verre. Autour de lui, il vit la panique gagner la foule. Lui resta entre deux eau pendant un long moment. Il entendait des gens crier que les issues étaient toutes bloquées. Il allait donc mourir brûlé vif ? Il était bien trop jeune pour ça ! Il n'avait que dix neuf ans ! Et que ferait sa douce mère sans lui ? Elle avait besoin de lui, il avait besoin d'elle. Mais dans un sens il était particulièrement content de l'avoir empêché de venir. Jamais il n'aurait accepté qu'elle finisse d'une telle manière ! Mais lui non plus pardi ! Il se précipita vers une des grandes fenêtres, mais recula aussitôt en voyant les flammes gagner les rideaux, bouchant définitivement l'accès à la sortie, la plus minime.

Les secondes passèrent avec une lenteur malsaine. Il mena une main à sa bouche, suffoquant à cause des vapeurs nocives. Qu'avait-il donc fait pour mériter ça ? Était-ce là une divine punition pour être tombé amoureux de sa mère ? Il n'avait rien fait de mal. Il l'avait aimé oui, mais n'avait jamais eu un geste déplacé envers elle. Il avait été un bon fils, il en était sûr. Des larmes gagnèrent ses grands yeux bleus. Elles apparaissaient à la fois à cause des poussières irritantes, mais aussi parce que la mort lui faisait peur. Il était encore un gosse et sa mère... Non il ne voulait pas mourir.

Le destin semble parfois cruel. Il ne lui laissa pas le choix. Leo voyait la vie le quitter, ses poumons manquer inexorablement d'air. Il tomba à genoux, des larmes gouttant sur le sol, tandis que lui-même le fixait, incapable de comprendre. Pourquoi, continua-t-il à se demander quand finalement, la mort l'étreignit.

***
Lorsqu'il revint à la vie, sous forme de fantôme, Leo se demanda encore se qu'il se passait. Peu à peu la notion de malédiction vint à ses oreilles et il se mit à détester de tout son être la famille Ravenshill. Il était mort par à cause d'eux ! Et sa mère... Mon dieu sa mère ! Plus jamais il ne la reverrait. Que deviendrait-elle sans lui ? Et si elle se remariait. Il ne pouvait pas accepter que son sort se soit scellé pareillement. La haine le gagnait, il voulait vengeance. Plus que tout au monde, il voulait faire payer à la descendance des Ravenshill, la solitude dans laquelle elle le plongeait. Et puisqu'ils n'avaient pas eu pitié de lui, alors lui n'aurait pas pitié d'eux.
Pour l'amour de sa mère, la tragédie de cet incendie et l'abandon auquel ils le soumettaient, ils paieraient.

Sa peine et son amertume vint à grandir au fil des années à errer dans le Manoir ou ses alentours. Il savait que sa mère mourrait un jour ou l'autre. Mais quand... Il ne pourrait le deviner. Il était à jamais enfermé dans une grande cage en verre où persisterait le souvenir de celle qu'il avait intoxiqué à coup de fougères. La solitude remplaça alors ses airs de grands sociables. Il investi avec naturel un des lieux hors du Manoir et quand les premiers invités passèrent devant ses prunelles, Leo comprit que sa vengeance avait sonné. Il ne laisserait pas ces descendants de chiens vivre en paix.


▬ some informations ;;

Comme le dit son histoire, Leo a été durant tout son vivant amoureux de sa mère. Il éprouva de l'attirance pour d'autres femmes, mais toujours plus âgées que lui. En ce qui concerne les hommes, il avoue être intrigués par eux, n'ayant jamais côtoyé de manière quotidienne ces derniers. Garçon de nature très passionné, il a tendance à être attiré par ce qui est hors normes, y voyant là quelque chose pour pallier sa dite banalité.

Avant il adorait le lien fusionnel qui l'unissait avec sa mère. Aujourd'hui il craint, voir déteste ce genres de liens, sûrement parce que lui ne pourra plus vraiment y goûter. La compagnie des autres lui plait quand même, bien que la solitude soit plus de mise pour cet esprit vengeur.

Il lui arrive souvent de soupirer quand il voit le reflet de ses yeux aussi bleu que celui de sa mère, dans une flaque d'eau ou tout autre objet susceptible de faire miroir. Son regard bien sûr, le débecte par son souvenir.

Enfin, il a bon appétit malgré tout, et la seule qu'il ne doit pas aimer, c'est la salade. Un rappel de fougère peut-être ? En tout cas, n'est pas encore mort celui qui sera capable de lui faire avaler de la laitue.


▬ behind the screen ;;

Âge ;; 19 ans
Avatar ;; (Pour pas faire original) Alois Trancy
Comment avez-vous connu le forum ;; En voguant sur les top-fo'
Vos premières impressions ;; Oh, c'est meugnon ça ! Et j'aime l'histoire !
Remarques ou suggestions ;; Il faut des membres !
Crédits images ;; Zero-chan
Une chose importante à dire ? ;; /Oui !/



Dernière édition par Leo Hawell le Mer 3 Aoû - 14:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
Drew W. Northwoods
I am
a so sweet but so naughty
a so sweet but so naughty



Masculin

Messages : 667
Ton âge : 23

Tu es quoi ? : Uuuh~ Je suis un fantôme, voyons !


Identité
† Qui es-tu ?: Héritier des Northwoods~ On dirait pas, hein ? ♥
† Surnom:
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...    Mer 3 Aoû - 11:41

Bienvenue !

Ta présentation me semble très bonne.
Normalement, tu devrais choisir un lieu à hanter. Car même si tu peux te promener un peu partout, les Esprits frappeurs ou Âmes en Peine choisissent normalement un endroit hors du Manoir où ils passent le plus clair de leur temps. Cependant, il n'est pas obligatoire d'en avoir un, en toute logique.

Tu es donc validé. Si tu veux avoir un rang, il faut demander ici. Tu peux à présent rp.

Bon amusement !


Huhu, Drew écrit en #714298 ~


— La nuit est comme la mort. Elle ne prévient que quelques secondes à l'avance lorsqu'elle tombe. Où que l'on se cache, elle nous trouve. On ne peut lui échapper. —
Revenir en haut Aller en bas
http://northwoods-manor.bbactif.com
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Re: Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...    Mer 3 Aoû - 14:07

Pour le lieu à hanter, justement je voulais savoir s'il était possible que Leo hante les jardins ? Plus particulièrement un bosquet ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
Drew W. Northwoods
I am
a so sweet but so naughty
a so sweet but so naughty



Masculin

Messages : 667
Ton âge : 23

Tu es quoi ? : Uuuh~ Je suis un fantôme, voyons !


Identité
† Qui es-tu ?: Héritier des Northwoods~ On dirait pas, hein ? ♥
† Surnom:
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...    Mer 3 Aoû - 14:12

Oui, c'est possible. Je n'y vois aucun inconvénient


Huhu, Drew écrit en #714298 ~


— La nuit est comme la mort. Elle ne prévient que quelques secondes à l'avance lorsqu'elle tombe. Où que l'on se cache, elle nous trouve. On ne peut lui échapper. —
Revenir en haut Aller en bas
http://northwoods-manor.bbactif.com
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Re: Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...    Mer 3 Aoû - 14:59

Bon, voila, voila. Finalement, il hantera une roseraie.
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Contenu sponsorisé
I am






MessageSujet: Re: Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Leo Hawell ~ Celui qui méprisait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Northwoods Manor † :: Quelques petites formalités... :: Nouveautés & Sections utiles :: La vieille armoire à archives :: Présentations poussiéreuses-
Sauter vers: