AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...   Ven 8 Oct - 20:15

Après un long voyage qui ne semblait pas se terminer, Cielo arriva enfin à destination, ou du moins près de sa destination finale. Le temps était plutôt sec pour la saison, mais on ne pouvait pas dire qu'il faisait chaud, mais on ne pouvait pas se plaindre d'avoir une température froide non plus. Une température qui plaisait relativement bien à la jeune italienne, qui n'avait sur le dos qu'une robe blanche, courte à voiles, des petite chaussures de la même couleurs avec ses bijoux habituels et une petite veste sur le dos qui ressemblait plus à une cape qu'à autre chose. L'italienne comme à son habitude observa le village dans lequel elle se trouvait, prenant un air des plus enfantins, comme émerveillée par un spectacle muet. Encore une fois la jeune fille se laissait prendre par les moindres détails du paysage qu'elle ne connaissait pas et qu'elle aimerait bien visiter, mais malheureusement elle n'en avait pas le temps. En effet, la jeune fille avait été invitée à passer des vacances dans un manoir, chose qui ne lui était encore jamais arrivé, car sortir de chez elle avait déjà été une chose qui tenait du miracle.

Cette décision avait été dure à prendre, vu que la jeune fille n'était jamais sortir, rien que d'y penser était une chose dure à concevoir. Le jour de son départ pour l'Angleterre, sa nourrisse avait eut bien du mal à la faire sortir de la maison familiale, mais le pire n'était pas encore arrivé. Évidemment, comme elle n'était encore jamais partie, Cielo s'arrêtait à chaque vitrine pour voir ce qu'il y avait derrière comme le ferait un enfant de cinq ans. La route pour aller à la gare fut longue, très longue et la nourrisse dut la tirer par la main pour la forcer à avancer, sans cela elle aurait raté son train. Mais ceci n'était pas le plus « drôle » du voyage, car une fois installée dans le train, sa nourrisse l'informe qu'elle devra faire un changement à Paris puis un autre pour atteindre la petite ville, ou le village. Au début Cielo l'avait regardée sans bien comprendre ce qu'elle lui disait, puis après un petit moment de désespoir, la nourrisse mit toutes les informations sur un bout de papier et le donna à sa maitresse. Le train démarra et Cielo s'éloigna de sa ville, de son ancienne vie. Et bien entendu il était sûrement trop demandé qu'elle se tienne tranquille pendant le voyage, tout le long elle s'agita sur son siège regardant les yeux grands ouverts à l'extérieur en poussant des petits cris d'enfants qui fixent un magasin de jouets. Tout était nouveau pour elle, les sons, le bruit silencieux que faisait le train, les différentes odeurs qui émanaient des autres personnes, qui soit dit en passant la regardaient avec un drôle de regard. Après quelques heures, Cielo se calma un peu, fatiguée par toute cette agitation, elle prit un livre en italien et commença à le lire en attendant d'arrivée à Paris.
Après quelques heures, le train s'arrêta et annonça son entrée dans une gare de Paris, ne demandez pas laquelle, car elle était trop occupé à chercher la voix qu'à écouter. Elle sortit du train avec toutes ses valises et commença à chercher sa nouvelle direction : l'Angleterre, mais bien évidement elle ne trouvait pas, marchant en rond, après quelques minutes de marche inutile, elle décida de demander à quelqu'un cherchant quelqu'un qui aurait un uniforme, elle tomba sur un homme habillé en vert foncé. Elle s'approcha doucement et lui expliqua aussi bien que possible ce qui l'empêchait de continuer sa route, c'est avec gentillesse que l'homme l'accompagna jusqu'à son prochain train qui était en train de partit. Mais le deuxième voyage n'était pas aussi passionnant que le premier, les paysages magnifiques avaient disparurent pour laisser place à du noir, un tunnel lui avait on expliqué. Juste un petit moment d'excitation, puis un calme presque anormal qui fut suivit par de la lecture et une petite sieste. C'est une femme qui vint la réveillée en lui disant qu'elle arrivait à destination, et à nouveau elle sortit avec toutes ses valises, ne sachant pas du tout où aller. Elle se mit à marcher avec toutes ses affaires et chercha un moyen d'aller au village, elle demanda à des passants qui ne pouvaient pas l'aider.
Après quelques minutes elle demanda à une personne qui se trouvait près d'une voiture, celle ci lui annonça qu'il pouvait l'amener près du village, mais que la fin elle devrait le faire à pied. Sur le coup, Cielo fit une tête assez expressive puis accepta, elle n'avait pas vraiment le choix.

C'est comme cela qu'elle c'est retrouvée dans le village, un voyage long et fatiguant avait commencé, mais qui malheureusement n'était toujours pas fini. En regardant autour d'elle, la jeune italienne pouvait bien voir les regards intrigués qui se posaient sur elle, c'est en soupirant doucement qu'elle décida de s'assoir sur un banc à côté de ses effets personnels. Elle pencha la tête en arrière et observa le ciel bleu parsemé de petits nuage tantôt gris, tantôt blancs.


-Je me demande bien où je devrais aller maintenant. J'espère avoir un peu de temps devant moi pour aller visiter le village, il doit y avoir encore beaucoup de choses!! dit elle en se redressant doucement, puis comme si elle boudait, pencha à nouveau la tête en arrière pour observer le ciel. Non ça n'est pas la peine, seule ce n'est pas une chose amusante à faire et avec toutes mes valises ça ne sera certainement pas une chose très évidente à faire.


Elle resta un petit moment dans cette position, écoutant pas ce qui l'entourait, quelqu'un pouvait très bien approcher d'elle, elle ne l'entendrait pas. Chose sans doute dû à la fatigue ou tout simplement venant du fait qu'elle n'avait jamais besoin de faire attention à ce qui l'entourait.

(désolé si ça n'est pas terrible, j'ai toujours du mal pour commencer XD )
Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
William C. R. Anderson
I am
a broken
a broken



Masculin

Messages : 427
Ton âge : 23

Tu es quoi ? : Un spectre ...


Identité
† Qui es-tu ?: Majordome fantôme ~
† Surnom: Will
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...   Sam 9 Oct - 21:17

Tic tac tic tac tic tac... Voilà comment avait commencé la journée de William, avec le bruit incessant d'une horloge. Comme chaque matin depuis tant années déjà, il vérifia sa montre à gousset qui montrait éternellement vingt-deux heures. Encore un faux espoir à l'aurore de cette banale journée. Son métier l'avait obligé à s'adapter aux horaires inhumains si bien qu'aujourd'hui une grasse matinée signifiait se lever à sept heure quarante-cinq. Mais pourquoi était-il incapable de profiter des jours de repos vu que la journée les mortelles ne pouvaient pas le voir lorsque le Soleil pointait le bout de son nez ? La réponse lui arriva immédiatement à l'esprit. Il y n'avait plus vraiment besoin de dormir alors à quoi bon faire semblant ?.A quoi servait de pouvoir se reposer sachant que l'on aurait jamais l'ultime sommeil qui viendra nous prendre? Avant que l'accident arrive, il avait toujours pensé que devenir éternelle serait amusant, après tout il aurait de faire ce qu'il souhaite. Mais en le devenant, il comprit une chose que son âme de jeune homme ne pouvait pas appréhender à l'époque, c'est que les souhaits étaient limités et restreints lorsque le temps était arrêté et qu'au bout d'un moment ces rêves seront réalisé et cette seconde vie serait ennuyante au bout d'un moment. Pour lui cela n'avait duré que quelques années.... C'est avec cette pensé sombre que le majordome sortit de son lit pour recommencer encore une fois sa longue préparation.
Être serviteur signifiait qu'on possédait toujours un défaut type: être perfectionniste en faisait parti. Combien de temps mettait-il de son vivant pour s'habiller et se coiffer avant le service? il se rappelait si bien de cette application quotidienne, maintenant complétement inutile. En effet, en essayant différente coiffure au cours de cette décennie il avait bien comprit que même sans se peigner il restait regardable alors pourquoi se fatiguer ? Il enfila donc rapidement une chemise blanche et son pantalon noire avant d'essayer de nouer pour la unième fois sa cravate de soie rouge. Un chose n'avait pas changer, il galérait toujours pour les nœuds si bien que les coups de midi sonna lorsqu'il en réussit un d'à peu près décent. Il sorti donc de l'affreuse bâtisse attrapant quelques mots des autres employés matinaux. Ils semblaient converser sur la future invitée qu'ils avaient aperçus dans le village. Il était vrai que ces satanées maîtres avaient recommencés à agir et bon nombre de lettres ont été expédiés à travers le monde. Au fond de lui William avait un peu pitié de ces pauvres vivants, ils ignoraient totalement qu'ils ne pourraient jamais rentrée chez eux. Peut-être prendrait-il la peine d'aller voir l'arrivante. Il savait bien que cette nuit le cocher n'irait pas de le village et que son devoir de majordome l'obligerait à l'aider à entrer dans cette prison d'or avant le lendemain. Et puis cela lui permettra de partir un instant de ce sinistre lieu.

Il mit donc deux heures pour arriver dans le village, plutôt animé à cette heure de la journée. Mais ceci n'intéressait pas le jeune homme, même si les villageois bloquaient le passage cela ne l'arrêterait pas. Il les traversa, sans qu'il ne remarque le réanimé. Ce qui était pratique en étant fantôme c'est qu'on avait plus besoin d'ignorer les passant ou de bousculer la populace, les pouvoirs liée à cet état fit éviter ces petits désagréments. Hélas cela comportait un grand désagréments, les seuls qui changeait au cours du temps (autrement dit les personnes) lui était maintenant hors de portée. Il n'était maintenant qu'un mirage auprès des vivants et aucun d'entre eux n'avait la faculté de le voir quand les rayons du soleil était présent. Il ressentit tout d'un coup une solitude inégalée tout en continuant à marcher comme si les autres n'existaient pas. Mais ce sentiment était devenu si familier que même cette souffrance manquait de saveur.
C'est alors qu'elle la vit après avoir dépassé le monticule d'homme qui barrait la route. Elle était assise là, avec ses affaires, rêvant sûrement diverse de choses diverses et variées. C'était donc cette jeune femme qui allait devenir prisonnière. Quelque part, au tréfonds de cette âme morne, quelque choses se serra. Elle avait l'air assez jeune, elle avait toute sa vie devant elle, mais sachant qu'elle ne pourra point en profiter rendait le jeune homme un peu compatissant. Il s'avança juste devant elle, et se baissa pour qu'il puisse la dévisager. L'étrangère ne pouvait pas le voir mais elle pouvait sentir son souffle s'approchait un peu trop de la jeune fille, c'est pour cela qu'il laissa un mètre de distance entre elle et lui pour ne pas trahir sa présence. Sa curiosité naturelle avait un peu réapparu, comme à chaque fois qu'il rencontrait un Invité. Il avait toujours envie de savoir ce qu'il mangeait le matin, leur gout en cuisine ou simplement comme compagnie, en fait tout ce qu'avait besoin de savoir un majordome pour servir parfaitement son Maître. William fixait ses yeux avec attention, il trouvait ce bleu plutôt surprenant avec le côté asiatique de ses derniers Tout doucement il approcha sa main du visage de la jeune fille. Encore quelques centimètres et il pourrait sa peau... Mais qu'est-ce qu'il faisait ? S'il la frôlait elle allait se rendre compte que quelqu'un était devant elle. D'ailleurs il ne comprenait même pas pourquoi il avait voulu là toucher, mais il supposa rapidement que malgré tant d'années, le fait que personne ne le remarquait le fit souffrir. Il se mit donc derrière le banc, le temps que le que le Soleil décide qu'il était temps de dormir. Il avait tout son temps après tout ...
Lorsque la lueur orangé apparut dans le ciel, son corps devint de plus en plus visible, comme si on y ajoutait une nouvelle couche de peinture. Pendant cette transformation, elle s'était assis derrière le banc, dans un angle mort pour éviter que les passant remarque qu'il était encore transparent. Il attendit une bonne dizaines de minute pour être sûr qu'on ne voit pas à travers ses doigts puis il se releva lentement. Heureusement qu'ici la nuit se levait assez tôt car attendre des heures en n'ayant que pour vue le mur était un peu ennuyant. Il dépoussiéra rapidement sa tenue et se mit donc de nouveau devant la jeune fille. Il toussota assez fortement pour qu'elle remarque sa présence et déclara avec une politesse excessive:


"Mademoiselle, vous ne devriez pas rester seul alors que la nuit tombe, il pourrait vous arriver malheur... "

Pour quelqu'un qui ne connaissait pas le domaine du mensonge, ses paroles semblait d'un naturel envoûtant, mais avec un minimum de connaissance en la matière , on pouvait sentir que ses mots sonnaient creux. Pourtant ce n'était pas véritablement un mensonge, il savait simplement que rien ne pouvait lui arriver vu que sa fonction l'obligeait à la servir et donc par la même occasion de la protéger. Il trouvait cela un peu paradoxale, après tout ensuite c'était eux qui allaient l'enfermer et donc ils avaient le rôle de méchants. Il s'inclina avec perfection et reprit la parole avec un certain professionnalisme.

" Je vous prie de m'excusez mon audace mais je ne me suis pas encore présenté. Je suis William Anderson, majordome des Nothwoods. Vu vos valise je suppose que vous êtes notre nouvelle invitée. Je suis venue ici pour facilité votre arrivée dans notre demeure, mais ne vous voyant pas venir mes maîtres m'ont demandés de vous chercher"


Il resterai dans cette position autant de temps qu'il faudra pour que la fille le congédie. Il était possible d'ailleurs qu'elle ignore comment se comporter avec les employés mais cela ne l'importait peu, il l'avait déjà fait tant de fois qu'une impression de déjà-vu était obligatoire. Pourtant cette fois il était d'assez bonne humeur, avec un peu de chance il pourrait un peu discuter avec ...

(ne t'inquiète pas pour ça par contre n'oublie pas que les fantômes ne se voit pas le jour mais sinon ton post est bien ~)


" Immortality is the best weapon against your soul. So you shoudn't wish for an endless world ..."
Ce que je cache ...

I talk with the #5e8747's color
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Invité
I am
Invité





MessageSujet: Re: Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...   Lun 11 Oct - 21:19

Cielo était tranquillement assise sur le banc, regardant un peu partout, observant les personnes qui passaient devant elle. Notant au passage le regard que ceux-ci posaient sur elle, de la surprise parfois, peut être bien que certains ce demandaient ce qu’elle pouvait bien faire là assise sans rien faire. Peut être qu’elle avait l’air trop étrange, un petit canard noir dans un lac de cygnes blanc qui sait, en tout cas les voyages étaient quelque chose de très fatiguant, chose compréhensible lorsqu’on sait toute l’énergie qu’elle avait utilisée. Elle se demanda donc au début si elle n’allait pas se reposer, mais les paroles de sa nourrisse revenaient au galop : « ne vous endormez pas ! Les gens n’ont pas bon cœur et risques de vous prendre vos affaires. Vous vous reposerez une fois arrivé au manoir. »
La jeune fille soupira, il fallait donc qu’elle attende un peu plus là que quelqu’un vienne la chercher, bien qu’elle ignorait qui avait été envoyé pour la récupérer.

Elle commença donc à regarder plus en détail les maisons qui se trouvaient devant elle et plus précisément, une boutique avec une immense vitrine bien nettoyée.Derrière on pouvait facilement voir ce que la boutique contenait. Il y avait différentes choses qui n’avaient pas l’air d’avoir un rapport les unes par rapport aux autres, sûrement un endroit où on pouvait trouver tout et n’importe quoi, chose qui pour des petits endroits comme celui-ci semblait être très utile. Le bâtiment en temps que tel ressemblait beaucoup aux maisons décrites dans des romans qu’elle lisait lorsqu’elle était un peu plus jeune. A cette pensée, la jeune fille sourit doucement, combien de livres avait elle dévorée plus jeune ? Beaucoup et d’un côté c’était pour savoir si le monde extérieur était comme dans les romans qu’elle était sortie, en plus de quelques aides extérieures. Et pour le moment oui, ou du moins le paysage qui se dessinait autour d’elle lui allait parfaitement bien que les habitants n’étaient pas des plus accueillants, chaleurs ou du moins pas comme elle l’aurait espérée.

D’un coup, une marrée humaine apparut devant elle, autour d’elle, partout !Légèrement effrayée par la foule, la jeune italienne se rapprocha de ses affaires gardant celles-ci à l’œil, ce qui ne l’empêchait pas d’observer les autres. Tous étaient habillés presque à l’identique et son malaise grandissait de plus en plus, elle était habillée en blanc, en robe et eux en vêtements sombres et chauds, épais. Tout l’inverse d’elle et sans doute le fait qu’elle portait des bijoux étranges au bras et jambes n’arrangeait rien. Les passants s’arrêtaient parfois, la toisait avec envie comme dégout parfois puis reprenaient leur chemin. La jeune fille s’ennuyait, mais par-dessus tout, elle avait peur, peu de ce qu’il pouvait arriver, mais dans les livres il ne se passait jamais rien de mal, ou si c’était le cas quelqu’un venait toujours aider la personne en détresse. C’est, malheureusement, une chose que la jeune fille pensait réel,persuadée que quelqu’un viendrait vers elle, d’autant plus persuadée qu’on devait venir la chercher.

Alors que la foule s’éloignait doucement de sa position, la jeune fille décida de reprendre la lettre et de la lire une nouvelle fois, lisant encore et encore le nom de ses hôtes : Northwoods. Un nom qui traduit littéralement donnait quelque chose d’étrange comme une localisation, mais la jeune fille savait parfaitement que les noms de « l’époque » étaient drôlement trouvés.Et peut être n’était elle pas la mieux placée pour le savoir. Pendant quelques secondes, la jeune fille se demanda si on le l’attendait pas au manoir tout simplement, mais trop effrayée de se perdre, la jeune fille ne voulait pas se risquer à partir à la recherche de la maison. Surtout si la personne qui devait l’accompagner arrivait au moment où elle partirait elle, chose qui arrivait souvent dans ses romans. Et puis rien qu’à regarder les habitants, ceux-ci semblaient se méfier d’elle, trop différente et étrange pour lui parler sans doute. Mais qu’est ce qu’elle ne donnerait pas pour parler à quelqu’un, n’importe qui, mais parler à quelqu’un comme elle ou non, une personne tout simplement.

Une légère brise se leva et souffla sur la jeune fille qui grelota doucement refermant au maximum sa veste, chose qui ne servait pas à grand-chose vu la tenue qu’elle portait. Le soleil commençait à se coucher et encore aucuns signesde la personne du manoir. Cielo commençait à se demander si elle était bien au bon endroit, elle n’était pourtant pas quelqu’un de difficile à voir tout demême. Ou peut être l’avait on tout simplement oubliée là, dehors dans un endroit inconnu et dans le froid. Car il faut bien le dire, notre petite italienne n’a pas forcément l’habitude des températures basses ou proches, en dessous de 10-11 degrés. Mais pour oublier le froid, Cielo regarda le ciel, lacouleur que prenait celui-ci lorsque le soleil partait se coucher pour laisser place au règne de la lune. Le dégradé fut très rapide, mais magnifique à voir et Cielo se maudit de ne pas avoir prit quelque chose pour immortaliser l’instant. La jeune italienne était tellement prise par la beauté du spectacle qui dura dix minutes, voir un peu plus, qu’elle n’avait pas entendue que quelqu’un s’approchait d’elle par derrière. La tête levée vers le ciel qui commençait à se peindre d’étoiles, elle entendit une voix :

"Mademoiselle, vous ne devriez pas rester seul alors que la nuittombe, il pourrait vous arriver malheur... "

Cielo baissa rapidement les yeux en hurlant de peur tombant par la même occasion à moitié sur le sol et à moitié sur le banc. C’était donc dans cette position qu’elle allait observer la personne qui était arrivée. L’homme, et bien oui c’était bel et bien une personne du sexe masculin qui c’était approché, était d’une grande taille, du moins c’est ce qu’elle pensait en le regardant de sa position spéciale et venant du fait qu’elle n’était elle-même pas très grande. L’homme avait, comme elle, une peau blanche, quoi que plus pâle qu’elle qui donnait un effet de peur … ou autre chose. Des cheveux bruns et des yeux noisette étaient posés sur elle. La jeune fille se redressa doucement retirant la poussière qui s’était déposée sur elle lors de la chute. L’homme c’était incliné, elle en fit donc autant, s’inclinant légèrement et doucement pour reprendre tranquillement une position normale, mais correcte. Droite les mains devant. L’inconnu toujours incliner se présenta sous le nom de William Anderson et comme majordome des Northwoods. La première chose qu’elle se demanda était la raison pour laquelle William restait dans une position inclinée, elle n’était pas plus âgée que lui pourtant ou alors il ne faisait pas son âge. Puis William ajouta qu’il avait été envoyé pour la chercher. Il fallait donc qu’elle se rende elle-même au manoir, Cielo sourit gênée, la première impression devait être négative,chose qui ne pouvait pas être pensable, mais ce qui était fait était fait.
Voyant que William ne bougeait pas de sa position, Cielo fit une sorte de révérence en se présentant à son tour, peut être attendait il cela qui sait.

-Enchanté de faire votre connaissance Monsieur Anderson, je me nomme Cielo Mitsuki Sakuraba. Je vous pris de bien vouloir m’excuser, mais je ne savais pas du tout où aller après être arrivée ici, j’espère que cela ne vous a pas trop prit de votre temps pour venir me chercher ici.
Après ces mots, Cielo se redressa une nouvelle fois et sourit voyant qu’il ne bougeait toujours pas.

-Vous n’avez pas à rester comme cela vous savez. Vous allez avoir mal au dos à force,redressez vous s’il vous plaît.
Elle lui sourit gentiment, chez elle, elle avait demandé aux « domestiques »de ne pas rester incliner jusqu’à leur sortie de la pièce, elle trouvait cela fort gênant et déplaisant …. Puis elle se remémora la première phrase de William, celle qui lui avait fait une peur bleue.

- …Que voulez vous dire par : il pourrait vous arriver malheur Monsieur Anderson ?
Demanda t’elle un peu inquiète, c’était bien l’une des premières fois qu’on lui disait cela. Elle fixa donc William espérant que la réponse de celui-ci ne soit pas trop « grave », ne voulant pas vraiment savoir ce qui aurait pu lui arriver ou ce qui pourrait encore lui arriver. Rien qu’à y penser, elle eut un frisson le long du dos.

-Dites-moi …. Il n’y a rien de dangereux dans les environs tout de même si ? La zone doit être sécurisée non ?
D’un coup elle se souvint de tous les livres qu’elle avait pu lire dans sa vie et l’apparition de créatures sauvages était une chose qui avait l’air de revenir souvent. Elle se mit à trembler, mais par peur ou juste à cause du froid ? …

(a désolé, j'avais oublié ^^' et désolé pour le retard et le post ...)
Revenir en haut Aller en bas
avatarMy name is
William C. R. Anderson
I am
a broken
a broken



Masculin

Messages : 427
Ton âge : 23

Tu es quoi ? : Un spectre ...


Identité
† Qui es-tu ?: Majordome fantôme ~
† Surnom: Will
† Pour resumer, je suis ;:


MessageSujet: Re: Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...   Sam 16 Oct - 13:04

    Un majordome n'était pas qu'un simple servant , c'était simplement un humain qui faisait plaisir à leur maître en rendant leur vie plus facile. Mais le cas de William était un peu différent. Le côté humain agonisait depuis un certain temps si bien que sa véritable personnalité ne ressortait que trop peu. Cependant en tant que majordome il n'avait rien à redire, ce qu'il l'empêchait d'être le meilleur dans son domaine était justement ces réactions trop humaines, qui avait quasiment disparut comme on l'avait expliqué si dessous. C'est pour cela que le jeune homme pouvait rester incliné pendant un temps inimaginable sans bronché, ce qui de son vivant aurait été impossible. Il en allait de même pour tout ce qui était inhumain dans ce métier, comme de garder sa bouche fermer malgré que l'on était en désaccord avec les Invités. Mais pour les Maîtres, le fantôme n'éprouvait aucune sympathie pour eux, il pouvait finir dans le ventre d'un crocodile qu'il se sentirait soulagé. Mais son contrat avec valait jusqu'à la Mort, la vrai. Il avait donc encore un certain temps avant qu'il soit libre de ses devoirs....
    Il ouvrit ses paupières et releva les yeux, essayant de capter l'attention des ses pupilles océans. Il avait beau la regarder, il ne voyait aucune ressemblance avec l'italienne et ses ancêtres les Ravenshills. Il se souvenait des traits rustres et graves de ces messieurs, mais il se rappela de cette fatale nuit qui le fit frisonner. Plus jamais il ne voulait repenser à cette funeste nuit qui lui valait d'être prisonnier d'un monde éternellement banal. Il gardait encore plus de rancœur envers ces bourgeois qu'envers ses propres maître, mais à la différence de ses derniers il ne considérait pas les descendants comme coupable, le temps lui avait appris le pardon, du moins après une bonne centaine d'années de réflexion à ce sujet. C'était pour cela que quand ses yeux rencontrèrent ceux de l'invitée, un sentiment de culpabilité naquit en lui. Si n'avait pas le devoir de servir ses maîtres, il lui aurait surement ordonné de s'en aller pour éviter ce destin de captivité. Mais le pacte qui le liait à cette maudite famille l'empêchait de faire quoique ce soit avec franchise tant que la victime n'était pas dans sa cage. Il allait donc supporter un peu plus longtemps ce sentiment qui laissait transparaitre une once de tristesse sur son visage.

    Lorsque sa jeune fille se présenta, la première chose que retint fut le prénom de la demoiselle. Son premier prénom ne lui posa aucun problème, l'Italie avait toujours eu des rapports avec l'Angleterre, même à son époque. Mais il bloqua sur le deuxième prénom et nom de famille. D'où pouvait bien être originaire? William n'était jamais sortit de son pays, sa connaissance du monde était quasiment resté à celle du XIXème siècle. Cependant la résonance de Mitsuki ressemblait de très loin à Toyata et il devina donc par ce stratagème qu'elle devait être asiatique voire même japonaise mais il ne parierait pas sa deuxième vie là-dessus. Heureusement que les journaux traitaient maintenant des sujets internationaux, ce qui lui permettait d'oublier quelque fois cette malédiction qui lui interdisait de quitter les environs et aussi de pas être ignorant de la situation de son illustre pays. Il l'appellerait donc Lady Cielo, il ne se sentait pas de taille à prononcer son autre prénom sans l'écorcher même si l'exotisme de ce dernier ce rendait plus agréable à l'écoute...
    La brunette continua sur sa lancée, cette fois elle lui demanda de se tenir normalement en sa présence. Il se redressa doucement tout en gardant une attitude noble et un peu hautaine. La première impression du majordome s'était révélée erronée, si bien qu'un mince sourire mélancolique apparut sur son visage. Quand il l'avait vue ce matin, il croyait que cette bonne enfant faisait partie de cette noblesse arrogante et insupportable qui ramenait toujours trop d'affaires pour montrer sa fortune. Cependant, en se rapprochant d'elle, il avait vu que ses pensées ne semblaient pas mauvaises, seulement perdue dans ce lieu étranger et un peu effrayant. Ce préjugé disparut rapidement en voyant que ce visage n'avait rien de comparable aux marquises gâtées et pourrit jusqu'à la moelle. Mais au son de sa voix et de ses paroles, il avait réalisé qu'elle appartenait à la deuxième catégorie: ceux qui appréciaient leurs servants au même titre que leurs amis. William repensa aux premières années avec les Northwoods , si pleines de gaieté, qui devait correspondre à ce que la demoiselle avait dû faire vivre à ses employées. Il devina qu'elle devait être remplie d'une gentillesse naïve et inconcevable pour un homme qui vivait depuis déjà trop longtemps. Ils avaient toujours le chic de dénicher les invitées les plus étrange que ce soit dans la pureté  ou dans la décadence....


    « Ne vous inquiétez pas pour mon dos Lady Cielo, j'ai été formé depuis mon plus jeune age à servir, ce genre de détails de me dérange guère si cela fait le bonheur de mes maîtres.. »

    Sa voix était glacial, comme si ,sans utiliser des mots, lui conseillait de ne pas se mêler de sa vie plus que pour ce genre d'information. Il n'avait aucune envie d'être proche de quelqu'un, même si de son côté il ferait tout pour que la vie des invités soient sans soucis. On ne mélange pas travail et relation comme lui avait toujours dit son père, même si dans sa propre jeunesse il avait fait des écarts de conduite. William de son vivant avait toujours trouvé ce diction dépassé et trop difficile à tenir, mais les décennies l'avaient convaincu du contraire, maintenant l'envisager serait déjà une forme de trahison envers ce principe.

    Il se dirigea vers les bagages lorsque la bourgeoise sembla angoisser pour sa sécurité. Il se retourna un instant avec un visage neutre. Pourquoi semblait-t-elle si effrayée? Les voyous étaient universels, donc cela ne devrait pas autant la surprendre. Il vit le frisson parcourir son échine et son cœur se réveilla un peu. Il fit donc marche arrière et posa sa main sur sa tête , espérant que le contact la rassure un peu. Il détourna son regard vers la rue pour vérifier qu'aucun membre du manoir était dans le coin et déclara d'un ton plus chaleureux:


    «  Vous n'avez rien à craindre, tant que je suis à vos côtés rien ne vous arrivera. Si vous doutez de mes paroles, croyez au moins que les Northwoods ne laisseraient pas une de leurs invités être en danger.... »

    Il savait que ces derniers étaient trop rancuniers pour laisser quelqu'un autre s'occuper de leur vengeance. Même si son âme s'était atrophié avec le temps, il ne pouvait résister à quelqu'un qui semblait terrifié. Cela devait être un reste de son esprit chevaleresque, bien qu'il en avait un peu honte. Mais cette preuve de gentillesse disparu quand les hiboux commençaient à se faire entendre. Il se pressa de prendre les affaires de la jeune fille avant de retournée auprès d'elle, le visage plus glacial que jamais. Il lui pria de se dépêcher avant que la nuit ne soit complétement tombée. Il n'avait pas envie de prendre plus de retard, même s'il avait tout son temps devant lui …..


" Immortality is the best weapon against your soul. So you shoudn't wish for an endless world ..."
Ce que je cache ...

I talk with the #5e8747's color
Revenir en haut Aller en bas
My name is
Contenu sponsorisé
I am






MessageSujet: Re: Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une arrivée légèrement mouvementé, mais ... calme ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Northwoods Manor † :: Quelques petites formalités... :: Nouveautés & Sections utiles :: La vieille armoire à archives :: Rp's usés-
Sauter vers: